Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie: un homme donne une sépulture aux migrants morts en mer

Tunisie: un homme donne une sépulture aux migrants morts en mer

Tunisie

Une sépulture digne de ce nom pour rendre aux migrants disparus au large de la Tunisie leur dignité humaine…

C’est dans cette décharge située à Errouis, près de Zarzis, non loin de la frontière avec la Libye que Chamseddine Marzoug s’est donné la mission d’enterrer “dignement” les victimes de la mer.

Lunettes noires et chapeau sur la tête pour se protéger de la canicule, le quinquagénaire n’a pour seul outil qu’une pelle pour mener à terme son entreprise.

Nous n’avons pas une voiture qui peut prendre ces corps de la plage vers l’hôpital, etc. Les moyens manquent chez les autorités également et il y a aussi un problème de cimetière vu que les cimetières ici dans la ville sont familiaux, les gens n’acceptent pas des gens qu’ils ne connaissent pas.

“Nous ne demandons rien d’autre qu’un cimetière qui respecte la dignité des êtres humains. C’est quoi l’être humain ? Peu importe la religion, on ne va pas prier pour la personne, nous, on l’enterre, on la respecte et le respect est un devoir.” Déclare Shamseddine Marzoug, bénévole du croissant Rouge de Zarzis.

En 12 ans, cet ancien pêcheur aujourd’hui au chômage, qui a aussi travaillé comme chauffeur pour le Croissant-Rouge, dit avoir enterré des centaines de migrants.

Trouver un cimetière dans cette région frontalière à la Libye n’est pas chose aisée ; un appel de fonds va être lancé par le comité régional de la Croix-Rouge.

“Là, nous sommes justement à la recherche d’un terrain que l’on pourra acheter. Nous allons lancer un appel de fonds, du public, de tout le monde, et même au niveau international pour nous aider à acheter un terrain de 50 sur 50 mètres pour le dédier à ce projet.” Explique Mongi Slim, président du comité régional du Croissant Rouge tunisien à Médenine.

Selon des chiffres officiels, 126 personnes de diverses nationalités ont été secourues au large de Zarzis depuis début 2017, et 44 dépouilles récupérées. Soit une petite fraction des plus de 2.000 personnes qui, d’après l’Organisation internationale pour les migrations, ont péri cette année en tentant la traversée de la Méditerranée depuis la Libye vers l’Italie.

Voir plus