Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Kenya : des graffitis pour un appel à la paix

Kenya : des graffitis pour un appel à la paix

Kenya

Salomon Muyondo un taggueur kenyan peint des messages de paix sur les murs, les tarmacs et les portes des bidonvilles de Kibera à Nairobi, où des manifestations ont éclaté après que le président Uhuru Kenyatta a été déclaré vainqueur des élections du 8 août.

Également connu sous le nom de «Solo7» et membre du collectif Art4Peace, Solomon a déjà vécu des scènes similaires lors des violences post-électorales de 2007 qui ont fait plus de 1 200 morts et près de 600.000 déplacés dans le pays.

L’homme aux cent messages de paix prend des risques malgré le danger permanent.

“A l’approche des élections, je crains toujours qu’il y ait des tensions et cela affecte les affaires, les gens quittent leur maison. Les gens ont toujours peur, moi y compris, parce qu’on ne sait pas ce qui va se passer après les élections.

Le pinceau de Muyundo est sa protestation contre la violence ; une arme efficace qui dénonce les riches politiciens qui vivent des dans maisons luxueuses pendant que les pauvres se battent à leur place dans les rues.

Après les violences, l’artiste a recommencé à peindre des affiches pour les magasins, les salons de coiffure et les minibus taxi multicolores appelées matatus. Il produit aussi des œuvres commandées dans son studio.

“Son message aide ceux qui le comprennent. Il y a ceux qui les lisent mais ne comprennent pas le message, mais il y a ceux qui prennent le message à cœur”, lance Agnes Kayugira, une résidente de Kibera.

Le leader de l’opposition Raila Odinga dispute ces chiffres et a porté plainte à la cour suprême. Au moins 28 personnes ont trouvé la mort lors de ces violences.

La cour suprême a deux semaines pour entendre les réclamations, conformément a la constitution, pour réduire toute période d’incertitude en cas de dispute.

Si la cour confirme les résultats, Kenyatta sera investi président. Si Odinga arrive à prouver que des irrégularités ont eu lieu et qu’elles ont affecté le résultat, le Kenya devra organiser de nouvelles élections dans les 90 jours.

Voir plus