Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sport

sport

Mali : de l'eau dans le gaz entre Giresse et la Fémafoot ?

Mali : de l'eau dans le gaz entre Giresse et la Fémafoot ?

Mali

Même s’il a évoqué des motifs extrasportifs pour expliquer sa démission, l’entraîneur de l‘équipe nationale de football du Mali semble être rongé par des mauvaises prestations de ses poulains lors des dernières compétitions.

Comme un chef de guerre dépassé par la percée du camp ennemi. Pour Alain Giresse qui entraîne l‘équipe nationale de football du Mali depuis 2015, l’adversaire le plus redoutable, c’est le Maroc. Une équipe qui lui aura barré la route de Russie 2018 en raison du nul vierge (0-0) le 05 septembre dernier à Bamako. Et surtout du 6-0 concédé une semaine plus tôt à Rabat. Quelque sept mois auparavant, le Mali avait été sorti prématurément de la CAN 2017 organisée au Gabon. En déposant sa démission, le sélectionneur s’est abstenu d‘évoquer les mauvais résultats de son effectif, arguant que “Cela devenait trop difficile”, sans concrètement dire ce que cela signifiait.

Mais, les contre performances des Aigles du Mali aux dernières compétitions semblent mal passer à la gorge des fans maliens du football. Mais, surtout des membres de la Fédération malienne de football. Lesquels auraient usé de certains stratagèmes pour pousser « Gigi » à la démission. En mai dernier, Boubacar Baba Diarra, président de la Femafoot cité par le site de l’hebdomadaire Jeune Afrique avait déclaré qu’il lui «serait difficile d’assurer sa sécurité». C’est donc un Alain Giresse entamé par le mauvais parcours des Maliens de ces derniers mois qui vient de jeter l‘éponge, alors que son contrat devrait prendre fin en fin novembre prochain.

Et pourtant,….« Ses objectifs ont été atteints : il devait qualifier le Mali pour la CAN 2017, il l’a fait. Et il devait conduire la sélection au dernier tour qualificatif pour la Coupe du Monde 2018, ce qui est le cas», commentait en mai dernier, une source anonyme proche de la Fémafoot, citée par Jeune Afrique.

Quoi qu’il en soit, Gigi devrait réécrire autrement son histoire du ballon rond en Afrique avec d’autres formations. Comme il l’avait déjà fait avec des équipes telles que le Sénégal (2013-2015), le Gabon (2006-2010) et le Mali pour la première fois (2010-2012). Même si là non plus, les résultats n’ont pas été des plus reluisants.

Voir plus