Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie : arrestation de 50 adolescents qui tentaient d'émigrer clandestinement

Tunisie : arrestation de 50 adolescents qui tentaient d'émigrer clandestinement

Tunisie

Cinquante adolescents candidats à l‘émigration clandestine ont été arrêtés samedi soir par la police tunisienne près du port de la Goulette à Tunis, a indiqué dimanche le ministère de l’Intérieur.

Agés de 13 à 17 ans, ces 50 adolescents originaires des régions de Bizerte, Jendouba (nord-ouest), Kairouan (centre-est) ou encore Tunis avaient prévu de se faufiler dans un des navires marchands amarrés au port afin de rejoindre l’Europe clandestinement, selon un communiqué du ministère.

Ils ont été interpellés alors qu’ils déambulaient aux alentours du port, et la police les remettra à leurs parents, a précisé le porte-parole du ministère, Khlifa Chibani. 

Il n’est pas rare que des candidats à l’exil tentent d’embarquer en douce dans des navires, mais cette tentative concernait des migrants particulièrement nombreux et jeunes.

L‘émigration clandestine depuis la Tunisie a cru lentement mais sûrement ces deux dernières années, avec un pic à l’automne 2017, mis en évidence par l’augmentation des arrestations.

Depuis début 2018, les autorités tunisiennes ont annoncé l’interpellation de plus de 340 candidats à l‘émigration clandestine, selon un décompte de Matt Herbert, chercheur au sein de l’Initiative mondiale contre le crime organisé transnational, une ONG suisse analysant notamment les migrations clandestines.

Ces chiffres sont “beaucoup plus élevés que les années précédentes”, souligne-t-il, et cela est confirmé par les hausses d’arrestations côté italien. Selon lui, 763 migrants se présentant comme Tunisiens ont été arrêtés depuis le 1er janvier, soit quasiment autant que pour toute l’année 2015.

“Après le pic de septembre-octobre”, les départs ont baissé fin 2017, mais “depuis janvier cette pause a pris fin, et beaucoup de gens prennent le large” à défaut de perspective d’emploi satisfaisantes, choisissant de partir “tant qu’ils ont encore des réserves financières” pour le faire, explique le chercheur.

AFP

Voir plus