Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : l'UE tient toujours aux sanctions contre Emmanuel Ramazani Shadary

RDC : l'UE tient toujours aux sanctions contre Emmanuel Ramazani Shadary

République démocratique du Congo

L’Union européenne n’entend pas abandonner les sanctions contre des responsables en RDC dont Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du pouvoir à la présidentielle du 23 décembre.

Quoique présidentiable, il reste dans le collimateur de l’Union européenne (UE). Des diplomates européens ont en effet confié à l’UE qu’Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du Front commun pour le changement (FCC, majorité) à la présidentielle du 23 décembre reste visé par des sanctions.

Shadary et plusieurs autres dignitaires du régime de Kabila sont, en effet, accusés de violation des droits de l’homme lors de la répression des manifestations contre le report des élections en décembre 2016.

Pour le gouvernement congolais, ces sanctions, y compris les interdictions de déplacement et le gel des avoirs, sont illégales, et il serait inutile de les renouveler car Kabila a l’intention de se retirer après les élections.

Ce qui est loin de dissuader l’UE. Toutefois, ce renouvellement nécessite un vote à l’unanimité des 28 États membres de l’organisation. Laquelle devrait se heurter à l’Espagne qui demande le retrait du nom de Shadary de la liste des personnes visées.

Une position prise après qu’un consortium d’entreprises espagnoles et un groupe chinois ont signé, il y a près de deux semaines, un accord avec le Congo pour la construction à hauteur de 14 milliards de dollars d’un barrage hydroélectrique censé produire 11 000 mégawatts.

Deux diplomates ont ainsi déclaré que le projet avait influencé la position de l’Espagne. Un porte-parole espagnol n’a pas pu être joint malgré les efforts fournis par Reuters.

Désigné par Kabila pour lui succéder, Emmanuel Ramazani Shadary semble en mauvaise posture lors de la présidentielle du 23 décembre si les résultats d’un récent sondage se traduisent sur le terrain. En effet, selon les sondeurs, le candidat du pouvoir aurait seulement 16 % des intentions de vote, largement derrière les opposants Vital Kamerhe (17 %) et Félix Tshisekedi (36 %).

>>> LIRE AUSSI : Elections en RDC : les premiers favoris sont connus
>>> LIRE AUSSI : Élection en RDC : ce qui reste à faire après le retrait de Kabila
>>> LIRE AUSSI : RDC : Kinshasa évitera-t-elle une énième ingérence étrangère dans sa politique ?

REUTERS

Voir plus