Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : deux chefs démis de leurs fonctions à cause d'une prière en faveur du président Buhari

Nigeria : deux chefs démis de leurs fonctions à cause d'une prière en faveur du président Buhari

Nigéria

Au Nigeria, deux sous-préfets ont été récemment révoqués de leurs fonctions. Une sanction qu’ils subissent pour avoir implorer le ciel afin que le président Buhari gagne la présidentielle de février 2019.

Le 23 novembre dernier, Alhaji Julde et Ummaru Bappayo, deux chefs coutumiers organisaient un culte religieux dans le district de Deba dans l‘État de Gombe. Objectif affiché : prier pour Muhammadu Buhari afin que le président sortant du Nigeria gagne la présidentielle de février 2019.

Mais, l’initiative n’a pas été du goût de l‘émirat de Deba. « On m’a ordonné de vous informer qu‘à partir du 23 novembre 2018, vous êtes suspendus de vos fonctions de chefs de district par Son Altesse Royale, l‘émir de Deba pour des fautes graves », peut-on lire dans une lettre rédigée en langue haoussa par Saidu Mele, secrétaire par intérim de l‘émirat de Deba.

Reconnaissant les faits, les deux autorités semblent toutefois offusquées de cette décision. « C’est vrai que nous avons été suspendus pour avoir organisé le Zikr (acte de foi pour se rapprocher de Dieu dans la religion musulmane, Ndlr) et avoir prié pour notre cher président. Je ne sais pas en quoi ça pose problème », déplore Alhaji Julde.

Julde estime aussi que c’est le gouverneur Ibrahim Dankwambo, réélu en 2015 à la tête de Gombe qui a chargé l‘émir de Deba de les suspendre.

Démentis du gouvernorat et de l‘émirat

Information démentie par le gouvernorat. « Ce n’est pas vrai », a confié via Whatsapp Umar Nafada, conseiller à la communication du gouverneur à premiumtimes.com, un site local. « Mais, je reviendrai vers vous pour confirmer ou infirmer l’information selon laquelle ils ont été suspendus pour avoir organisé une prière pour le président la République », a-t-il poursuivi.

Cependant, selon premiumtimes.com, Nafada n’a pas répondu à un rappel qui lui avait été envoyé quelques instants avant la mise sous presse de l’information.

Avis partagé du côté de l‘émirat. « À ma connaissance, aucun chef de district n’a été suspendu pour des raisons politiques », a déclaré Modu Chokali, un membre du cabinet de l‘émir.

Gombe est l’un des deux seuls États du Nord-Est gouvernés par un membre du Parti démocratique du peuple (PDP), principal parti d’opposition au Nigeria.

Et après avoir perdu la primaire face à Atiku Abubakar, Ibrahim Dankwambo a résolu de soutenir Atiku Abubakar lors de la présidentielle à venir.

En Afrique, il n’est pas rare de voir l‘élite politique mêler la religion à la politique. Le cas récemment en RDC où beaucoup de candidats aux élections du 23 décembre prochain mettent en avant leur chrétienté pendant la campagne.

C’est également en Afrique où, lorsqu’ils émettent des réserves sur la gouvernance par exemple, les religieux sont sévèrement critiqués pour leur immixtion dans la politique.

>>> LIRE AUSSI : Élections en RDC : Dieu déjà en campagne
>>> LIRE AUSSI : Crises politiques en Afrique : le difficile rôle des religieux
>>> LIRE AUSSI : Elections en RDC : une messe pour lancer la campagne de Ramazani Shadary
Voir plus