Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

La ''boisson rose'' aide les chirurgiens dans la lutte contre le cancer

Royaume-Uni

Un nouveau traitement contre le cancer, maladie considérée comme la deuxième cause de mortalité dans le monde a été déployé dans l’ensemble du système de la santé publique.

Au Royaume-Uni par exemple où la maladie a fait près 9,6 millions de décès en 2018, le nouveau système pourrait aider à réduire ces chiffres.

Le traitement, connu sous le nom de ‘‘boisson rose’‘, le 5-ALA est pris par les patients 5 heures avant de passer au bloc pour y subir une opération.

Le colorant fluorescent qu’il contient apparaît sous une lumière ultraviolette. Ce qui permet aux chirurgiens d’identifier avec précision les zones du cerveau touchées.

“Ce médicament nous aide parce qu’il peut différencier et éliminer la tumeur beaucoup mieux que sous une lumière blanche ordinaire. Ainsi, mieux vous verrez, plus les marges seront claires. Vous pourrez supprimer plus de tumeurs et espérons-le, avec moins de risques et donc de meilleurs résultats pour les patients”, explique le Professeur Keyoumars Ashkan, neurochirurgien au Kings College London.

Les recherches suggèrent qu’une tumeur entière peut être enlevée avec succès dans 70,5 % des cas d’utilisation de 5-ALA, ce qui représente plus du double du pourcentage actuel.

Mais il est à craindre que la politique actuelle du Royaume-Uni puisse affecter l’utilisation du traitement à l’avenir.

La société pharmaceutique allemande Medac, qui fabrique le médicament, pourrait rencontrer des problèmes d’approvisionnement après le Brexit au Royaume-Uni et les prix pourraient également augmenter.

Le secrétaire britannique à la Santé, Matt Hancock, est convaincu qu’un bon accord pourra être trouvé.

“Il y a beaucoup, beaucoup d’entreprises dans le monde qui veulent vendre leurs meilleurs médicaments au NHS, et le NHS, à juste titre, fait toujours une bonne affaire pour obtenir un bon rapport qualité-prix et je suis sûr que nous le ferons cette fois aussi”, explique à son tour, Matt Hancock, secrétaire d’État britannique à la Santé et aux Affaires sociales.

Selon l’organisation caritative Cancer Research UK, 5 250 personnes sont décédées des tumeurs au cerveau au Royaume-Uni en 2016.

Le gouvernement a déclaré que son ambition était de voir 55 000 personnes de plus par an survivre cinq ans ou plus après le diagnostic de leur cancer.

AP

Voir plus