Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : crise au sein de l'UDPS avant les funérailles de Tshisekedi père

RDC : crise au sein de l'UDPS avant les funérailles de Tshisekedi père

République démocratique du Congo

Une nouvelle crise agite l’UDPS, le parti d’origine du président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, à huit jours des funérailles à Kinshasa de son père, le fondateur de l’UDPS Etienne Tshisekedi.

Le dernier conflit porte sur la direction de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), laissée vacante depuis le départ de Félix Tshisekedi, investi président de la République le 24 janvier.

Le président par intérim Jean-Marc Kabund a nommé un secrétaire général, Augustin Kabuya. Cette décision braque les partisans d’une direction collégiale sous forme d’un directoire.

Dans une déclaration à la presse mercredi, des députés de l’UDPS affirment que “la mise en place du directoire devrait intervenir avant le rapatriement” de la dépouille  d’Etienne Tshisekedi.

Ce rapatriement a été annoncé pour jeudi 30 mai, et des funérailles sont prévues jusqu’au 1er juin. Etienne Tshisekedi est décédé à Bruxelles le 1er février 2017. Son corps n’avait pas pu être rapatrié faute d’accord avec l’ancien régime Kabila.

“Toute opposition à la mise en place du directoire (…) sera considérée comme un acte de sabotage et de haute trahison vis-à-vis d’Etienne Tshisekedi”, insistent les députés de l’UDPS.

Quand la base veut s’imposer

Ancien ministre du dictateur Mobutu dans les années 1960, Etienne Tshisekedi est passé dans l’opposition et a fondé l’UDPS en 1982. Il a ensuite été trois fois Premier ministre lors de la transition multipartite des années 90, avant de s’opposer au régime des Kabila père et fils.

Début mars, les militants de l’UDPS avaient manifesté leur colère après la défaite de leur parti aux élections sénatoriales à suffrage indirect. Des “combattants” de l’UDPS ont accusé leurs “grands électeurs”, les députés provinciaux, d’avoir trahi et cédé à la corruption.

En novembre dernier, la même “base” avait obligé Félix Tshisekedi à dénoncer dans la journée un accord qu’il avait passé la veille avec d’autres ténors de l’opposition pour la désignation d’un candidat unique à l‘élection présidentielle.

>>> LIRE AUSSI : RDC : du rififi au sein du parti au pouvoir
>>> LIRE AUSSI : RDC – Grogne au sein du parti au pouvoir : une affaire d’interprétation des textes
>>> LIRE AUSSI : RDC : en attendant la conquête de la présidence, Etienne Tshisekedi attend en Belgique

AFP

Voir plus