Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Condamnation de Ntaganda : son parti veut faire appel de la décision de la CPI

Condamnation de Ntaganda : son parti veut faire appel de la décision de la CPI

République démocratique du Congo

Des membres de l’Union des patriotes congolais (UPC) entendent faire appel de la décision de la Cour pénale internationale (CPI) qui reconnaît l’ex-chef de guerre de RDC, Bosco Ntaganda coupable de crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

La Cour pénale internationale (CPI) a déclaré lundi Bosco Ntaganda coupable de treize crimes de guerre et crimes contre l’humanité. À en croire la CPI et des ONG de défense des droits de l’homme, il s’agit des atrocités que des éléments de son mouvement rebelle Union des patriotes congolais (UPC) avaient commises entre 2002 et 2004 en Ituri dans le cadre de la « Deuxième guerre du Congo » (1999-2003).

Surnommé « Terminator », Ntaganda a lui-même exécuté un prêtre et aurait commandité des viols de femmes et filles, dont une âgée seulement de 9 ans, a déclaré le juge Robert Fremr, qui a indiqué que la peine sera prononcée lors de la prochaine audience.

Si la décision a été favorablement accueillie par des ONG, elle est loin de faire l’unanimité en RDC. Moins encore dans les rangs de l’UPC (devenue un parti politique) qui reproche à la CPI de ne « s‘être contentée » que des rapports d’ONG plutôt que de descendre sur le terrain.

« La CPI n’a fait que tenir compte des rapports des ONG et non de la réalité du terrain par rapport aux crimes mis à charge de M. Ntaganda », a affirmé Pele Kaswara, président du comité politique cité par buniaactualite.com, un site local.

« Qu’est-ce que nous ne vivons pas aujourd’hui en Ituri, si on peut attendre quelque chose de cette cour, qu’elle puisse se déporter en Ituri pour des crimes qui se commettent à Djugu », a ajouté l’acteur politique qui a promis de faire appel de la décision de la CPI.

Avant Ntaganda, des chefs militaires ou de groupes armés de RDC sont dans le collimateur des institutions internationales pour des actes criminels présumés ou violation des droits humains.

D’autres sont aujourd’hui derrière les barreaux à l’image de Thomas Lubanga qui a été condamné en 2012 à 14 ans de prison ferme pour enrôlement d’enfants-soldats par la CPI.

>>> LIRE AUSSI : CPI : l’ex-chef de guerre congolais Ntaganda condamné pour crimes de guerre
>>> LIRE AUSSI : CPI : des ONG saluent la condamnation de Ntaganda
>>> LIRE AUSSI : RDC : paradoxale menace de quitter la CPI
Voir plus