Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

Des tests sanguins pour dépister les personnes atteintes de démence

Des tests sanguins pour dépister les personnes atteintes de démence

Etats-Unis

Près de 50 millions de personnes souffrent de démence dans le monde, selon les chiffres publiés en 2019 par l’organisation mondiale de la santé.

Une condition qui provoque une diminution de la capacité mentale, suffisamment grave pour interférer avec la vie quotidienne.

Doyle, un patient atteint de la maladie. Cet ancien professeur d’université est convaincu qu’un diagnostic plus précoce aurait probablement mis fin à l’inquiétude sans fin qu’il a vécu.

"Il est parfois si difficile d'établir un diagnostic pour ceux d'entre nous qui souffrent de démence (…). Et si nous pouvions réduire le temps nécessaire pour obtenir un diagnostic, ce serait absolument merveilleux."

“Si mon premier neurologue avait pu faire un simple test sanguin pour établir un diagnostic, cela aurait beaucoup simplifié ma vie, et cela les aurait conduit à un plan de traitement qui aurait probablement été très bénéfique pour moi à ce moment-là, et m’aurait aidé à l’avenir “.

Les chercheurs tentent maintenant de cibler la maladie à ses débuts afin de prévenir la formation de l’amyloïde, une protéine qui obstrue le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Un test sanguin serait particulièrement utile pour déterminer qui est le mieux adapté aux essais cliniques.

Le Dr Richard Hodes est directeur du National Institute on Aging, du National Institutes of Health des États-Unis.

“Ces biomarqueurs permettent de détecter les modifications en cours dans le cerveau, parfois même des décennies avant l’apparition des symptômes. Cela signifie que nous pouvons maintenant envisager d’intervenir au moyen d’essais cliniques, de traitements expérimentaux, bien avant que ces changements ne se soient produits dans le cerveau et peut-être pouvons-nous empêcher leur changement plutôt que le défi plus difficile de devoir inverser les dommages au cerveau et à ses connexions neuronales.’‘

De nombreux essais sont en cours pour trouver des cibles médicamenteuses ou un marqueur génique afin que les médecins puissent commencer à intervenir avant que des lésions cérébrales ne se produisent.

Bien que les tests sanguins se soient accélérées de façon spectaculaire, leur rythme est beaucoup plus rapide que celui attendu par de nombreux médecins.

Actuellement, les patients à la recherche d’un diagnostic subissent des tests cognitifs, mais ceux-ci, selon l’Association Alzheimer, ne sont précis qu‘à 80 %.

Heather Snyder, directrice principale de cette association, voit les limites de cette approche.

‘‘Certaines des limites de ceci sont que nous savons qu’elle n’est précise qu’environ de 70 à 80 %, en termes d’identification des véritables changements cérébraux provoquant les changements de mémoire. Nous savons également que des choses comme l’imagerie et la mesure du liquide céphalo-rachidien peut être assez invasif pour l’individu, sans parler du coût.’‘

Jusqu‘à présent, il n’existe aucun traitement curatif, les médicaments actuels atténuant temporairement les symptômes.

Cette semaine à Los Angeles, des scientifiques présenteront des preuves montrant à quel point, ils ont progressé. L’un des tests expérimentaux prétend pouvoir indiquer à 88 % le risque de maladie d’Alzheimer.

Selon eux, les résultats sont prometteurs et les tests sanguins seront bientôt utilisés pour identifier et surveiller les personnes atteintes. Ce qui est un peu comme le Saint Graal pour les médecins spécialistes de la démence.

AP

Voir plus