Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC-Ebola : un second vaccin bientôt déployé

RDC-Ebola : un second vaccin bientôt déployé

République démocratique du Congo

Les autorités sanitaires de la République démocratique du Congo ont annoncé samedi qu’elles envisageaient d’introduire un deuxième vaccin contre le virus Ebola.

Le nouveau vaccin a été fabriqué par Johnson & Johnson dans le but de lutter contre la deuxième plus importante épidémie de virus de l’histoire.

L‘équipe chargée de superviser la réponse au Congo contre Ebola n’a pas précisé quand exactement le vaccin J & J serait introduit. Il complétera un autre vaccin fabriqué par Merck, qui a été administré à plus de 225 000 personnes depuis août 2018.

Le vaccin J & J a été une source de controverse parmi les responsables de la santé congolais. L’ancien ministre de la Santé, qui avait été privé de tout contrôle de la réponse au virus Ebola en juillet, s’est opposé à son utilisation, affirmant que son efficacité n’avait pas été prouvée.

Mais dans un communiqué, l’équipe actuelle de lutte contre le virus Ebola a déclaré que le vaccin était sans danger et qu’il était déjà en cours d’essai en Ouganda, pays voisin, et en Guinée, un pays de l’Afrique de l’Ouest.

“C’est un vaccin que d’autres pays utilisent déjà. Pourquoi ne pouvons-nous pas l’utiliser au Congo pour protéger notre population ”, peut-on lire dans le communiqué.

La déclaration indiquait que les responsables de la santé avaient l’intention de commencer par offrir le vaccin J&J aux commerçants congolais qui entrent au Rwanda, puis aux habitants de la province voisine de l‘épicentre de l‘épidémie, “pour créer un corridor de personnes immunisées”.

Le vaccin J&J nécessite deux injections à huit semaines d’intervalle, contrairement au vaccin Merck, qui nécessite une seule injection.

L‘épidémie actuelle d’Ebola a tué plus de 2 100 personnes depuis le milieu de l’année dernière, juste derrière l‘épidémie de 2013-2016 en Afrique de l’Ouest qui en a tué plus de 11 300.

REUTERS

Voir plus