Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

Comment un parasite mortel du paludisme a été transmis du chimpanzé à l'humain ?

Comment un parasite mortel du paludisme a été transmis du chimpanzé à l'humain ?

Paludisme

C’est une séquence de gènes vieux de 50.000 ans qui a révélé comment le plus meurtrier des parasites du paludisme a été transmis à l’Homme par le chimpanzé.

Les scientifiques ont également déclaré que leurs travaux d’approfondissent leur ont permis de comprendre comment se propage la zoonose. Un agent pathogène pouvant infecter les animaux qui acquiert des modifications génétiques lui permettant d’infecter les humains comme cela a été le cas pour des maladies telles que la grippe et le virus Ebola.

Les chercheurs ont ainsi mis en lumière le processus de transmission du Plasmodium falciparum, au cours d’une analyse qui a montré comment le parasite avait acquis la capacité d’infecter les cellules sanguines humaines à partir d’une partie de l’ADN transférée d’un parasite de gorille.

''Il est donc d'un intérêt primordial d'essayer de comprendre exactement d'où vient cette maladie et comment le parasite qui l'a provoquée a évolué pour infecter les humains."

Il produit une protéine appelée RH5 qui se lie à un récepteur de protéine dans les globules rouges humains.

“Il s’agit d’un gène particulièrement intéressant, car il est absolument essentiel pour permettre au parasite d’envahir les globules rouges, et nous pourrions essayer de revenir en arrière pour faire une sorte de l’archéologie et recréer la séquence de ce gène, comme cela aurait pu se passer il y a 50 000 ans lorsque ce parasite est passé de l’infection des gorilles à la possibilité d’infecter les humains. “ Explique Gavin Wright (biologiste), qui a co-dirigé les travaux de l’institut britannique Wellcome Sanger.

“Dans l’histoire de l’humanité, il a été estimé que le paludisme était responsable de plus de décès humains que toute autre maladie”, a ajouté Wright.

“Si nous pouvons comprendre la voie utilisée par le parasite pour passer des gorilles aux humains, ce qui pourrait théoriquement se reproduire. Même si nous pensons que cela est très improbable, nous avons au moins déterminé la voie moléculaire que nous pourrions étudier pour essayer de préempter tout type de transfert qui pourrait se reproduire à l’avenir “.

Selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le paludisme touche environ 216 millions de personnes par an dans le monde et tue plus de 400 000 humains chaque année. La majorité étant des bébés et des enfants des régions les plus pauvres d’Afrique.

REUTERS