Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

La Chambre africaine de l'énergie participe au débat de haut niveau sur l'avenir de l'industrie pétrolière et gazière mondiale à l'Abu Dhabi International Petroleum Exhibition & Conference (ADIPEC)

La Chambre africaine de l'énergie participe au débat de haut niveau sur l'avenir de l'industrie pétrolière et gazière mondiale à l'Abu Dhabi International Petroleum Exhibition & Conference (ADIPEC)

La Chambre africaine de l’énergie (https://EnergyChamber.org) a participé aux tables rondes stratégiques sur le pétrole et le gaz 4.0 à ADIPEC à Abou Dhabi cette semaine. Lors de la table ronde « Tendances énergétiques, politiques publiques et facteurs géopolitiques affectant l'industrie mondiale du pétrole et du gaz », la Chambre a présenté une perspective africaine cruciale pour le débat mondial sur la transition énergétique.

Les principaux problèmes abordés par les PDG mondiaux du monde entier comprenaient l'impact de la croissance démographique et de la décarbonisation sur la demande énergétique mondiale et les futures politiques sectorielles. Soulignant la dynamique mondiale de l'offre et de la demande, les participants ont insisté sur la nécessité de répondre à la demande croissante pour des produits pétroliers et du brut plus lourds, ce que le pétrole de schiste ne peut fournir. De même, les dirigeants ont convenu que les marchés mondiaux de l'énergie sont plus que jamais ouverts aux affaires et en concurrence pour les investissements étrangers.

Une des préoccupations majeures exprimées par les dirigeants de l’ADIPEC est la montée des critiques adressées à l’industrie par la société civile dans son ensemble face au changement climatique. Couplé à un environnement de prix du pétrole bas, ce sentiment a un impact négatif sur les performances des marchés des capitaux financiers du secteur et les prévisions de croissance globale. Les marchés des capitaux traversent par exemple une période difficile, avec une croissance de 3 à 4% seulement, contre 15% il y a quelques années.

Alors que les préoccupations climatiques ajoutent de la pression sur le secteur, les participants ont exhorté toutes les parties prenantes à trouver des moyens d’inclure la société au sens large autour des défis de l’industrie, et à contester la nature insulaire de l'industrie pétrolière et gazière. Toutes les parties ont convenu que le secteur est voué à l'échec s'il n'engage pas les femmes, les jeunes générations et la société en général autour d'une croissance inclusive et durable.

En apportant sa propre perspective au débat, la Chambre a insisté sur le fait que les Africains ne devraient pas s'excuser de vouloir développer leurs énergies fossiles à cause des préoccupations croissantes suscitées par le changement climatique à l'échelle mondiale. Les représentants de la Chambre ont rappelé à tous que l’Afrique reste l’un des plus faibles émetteurs de carbone du monde, avec plus de 650 millions de personnes vivant sans accès à l’électricité et ne pourra pas se développer en tant que continent sans pétrole ni gaz. En conséquence, l’impératif de réduire la pauvreté et de créer des opportunités grâce à l’énergie dans les pays en développement a été l’un des éléments clés du débat.

La Chambre a notamment exprimé la détermination de l’Afrique à mettre en place une industrie inclusive dont elle peut être fière et qui ne repose pas sur l’aide, mais sur des pratiques commerciales saines, des partenariats et des investissements. Elle s'est associée aux parties prenantes pour faire part de ses préoccupations concernant le manque d'inclusion des jeunes générations dans l'industrie et la nécessité de rendre le pétrole et le gaz plus attractifs pour les jeunes talents.

Pour conclure le débat, les cadres et les experts ont convenu que les problèmes liés au changement climatique résultaient en de réelles tensions. Ils forcent l'industrie à innover et à trouver des solutions plus efficaces et moins polluantes pour développer les hydrocarbures et investir dans de nouvelles technologies telles que l'hydrogène et les batteries. Toutes les parties ont convenu de relever le défi consistant à traiter correctement deux problèmes à la fois. Premièrement, la nécessité de saisir des opportunités à court terme, telles que la réduction des coûts et les partenariats industriels pour offrir des opportunités à tous, et deuxièmement, la nécessité à long terme d'aborder la transition énergétique et d'aider à résoudre les problèmes liés au changement climatique.


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Media files
African Energy Chamber
Télécharger le logo

African Energy Chamber Takes Part in High-Level Debate on the Future of the Global Oil & Gas Industry at Abu Dhabi International Petroleum Exhibition & Conference (ADIPEC)

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.