Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

Démoniser les sociétés pétrolières et gazières n’est pas une solution constructive à la transition énergétique. L'Afrique revendiquera son « droit de forer »

Démoniser les sociétés pétrolières et gazières n’est pas une solution constructive à la transition énergétique. L'Afrique revendiquera son « droit de forer »

Dans un article écrit pour le Guardian cette semaine, l'archevêque sud-africain Desmond Tutu, prix Nobel de la paix, a plaidé en faveur d'un boycott à la manière de l'apartheid contre les entreprises du charbon, du pétrole et du gaz comme solution pour lutter contre le changement climatique et aider à atteindre les objectifs mondiaux de durabilité environnementale. « Nous devons arrêter le changement climatique. Et nous le pouvons, si nous utilisons la tactique qui a fonctionné en Afrique du Sud contre les pires émetteurs de carbone », indique le sous-titre de l'article.

Le sentiment exprimé par M. Tutu est louable et parle à de nombreuses personnes dans le monde entier qui sont devenues légitimement préoccupées par les effets du changement climatique sur notre environnement.

Cependant, c'est aussi un sentiment erroné. Les sociétés pétrolières et gazières ne sont pas des régimes autocratiques axés sur l’oppression de la population et le vol de ses ressources. Ce sont des entreprises qui, bien sûr, sont axées sur le profit, mais également sur la durabilité de l'entreprise. Concrètement, cela signifie que ces entreprises s’adaptent aux besoins des économies dans lesquelles elles sont intégrées. Le boycott des entreprises pétrolières et gazières n’aura pas d’impact sur les émissions de carbone, mais pourrait faire augmenter le prix du carburant à long terme. Ce n'est pas l'objectif visé.

Tant qu'il y aura une demande d'hydrocarbures, il y aura une production. L'évolution de la dynamique de l'offre et de la demande ces dernières années est déjà perceptible dans la restructuration des sociétés pétrolières et gazières. De plus en plus, ces sociétés diversifient leurs portefeuilles pour inclure des actifs d'énergie renouvelable et nombre d'entre elles sont à l'avant-garde de la recherche et du développement de nouvelles technologies pour aider à exploiter les ressources renouvelables. Je couvre cela abondamment dans mon récent livre, Des milliards en jeu. Les sociétés pétrolières et gazières sont en train de devenir des « sociétés énergétiques ». Elles sont même en train de changer de marque, Equinor (l’ancien Statoil) étant l’exemple le plus évident, pour montrer ce changement de paradigme de l’entreprise. Et en toute honnêteté, qui d'autre serait mieux préparé, mieux financé et mieux placé pour conduire la transition énergétique que nous recherchons tous. Démoniser les entreprises du secteur de l’énergie n’est pas une solution constructive, et ignorer le rôle structurel des carburants à base de carbone dans la société d’aujourd’hui fausse le débat public. Rassembler les entreprises énergétiques, les gouvernements et les groupes de la société civile afin de trouver des solutions fonctionnelles en donnera beaucoup plus.

C'est particulièrement le cas en Afrique. Si les efforts concertés de toutes les nations du monde sont essentiels pour limiter les effets du changement climatique, il est primordial de bien comprendre quels efforts seront les plus décisifs et quelles régions du monde seront les mieux placées pour prendre une plus grande responsabilité de s’attaquer à ces problèmes.

Certes, l'Europe, l'Amérique du Nord et la Chine, responsables d'une grande partie des émissions de CO2 responsables des changements climatiques, doivent assumer cette responsabilité et s'orienter vers des pratiques plus durables.

Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que les pays africains, qui, ensemble, ont pollué 7 fois moins que la Chine, 13 fois moins que les États-Unis et 18 fois moins que l'Europe depuis le début de la révolution industrielle, selon Carbon brief, sapent leurs meilleures opportunités de développement économique en s’alignant simplement sur la vision occidentale de la manière de réduire les émissions de CO2.

Gabriel Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée équatoriale, a résumé la situation de manière décisive à la presse la semaine dernière lors de la Semaine africaine du pétrole (Africa Oil Week) au Cap. « Nous ne nous excuserons en aucune circonstance », a-t-il déclaré, « à quiconque hors du continent déclarant que nous ne devrions pas développer ces champs [pétroliers et gaziers], c'est criminel. C'est très injuste ».

Les propos directs du ministre Lima sont une réponse à un certain nombre d’opinions mal interprétées sur le continent africain et sur l’industrie pétrolière et gazière qu’il s’efforce de développer. Alors que quelques pays du continent produisent des hydrocarbures depuis des décennies, ces ressources ont été principalement exportées pour alimenter le développement industriel en Europe, aux États-Unis et en Asie. Les raisons en sont diverses et ont autant à voir avec l'héritage colonial européen qu'avec le manque de ressources financières et d'expertise pour développer les économies locales au cours du siècle dernier.

Cela, cependant, est en train de changer. Comme je le soutiens et que je le défends depuis des années, les pays africains commencent enfin à utiliser ces ressources pour développer leurs propres économies nationales. Nous devons nous rappeler que près de la moitié des Africains n’ont toujours pas accès à l’électricité et que presque toutes les entreprises du continent souffrent du manque de fiabilité de l’électricité, ce qui augmente les coûts opérationnels, réduit la productivité et nuit à leur compétitivité sur les marchés internationaux. Les dirigeants africains sont maintenant douloureusement conscients des dégâts causés par un réseau énergétique peu fiable aux économies nationales et sont en train de changer cela.

Aujourd'hui, le gaz naturel est de loin le moyen le plus rentable de produire de l'électricité en quantité suffisante pour alimenter le développement économique. Les usines pétrochimiques représentent une opportunité économique énorme de produire des sous-produits à partir de pétrole et de gaz avec une valeur plus élevée dans la chaîne de valeur, une opportunité de créer des emplois, de développer des infrastructures et de générer de la richesse. Les raffineries ont également un impact extrêmement positif sur la réduction des importations de carburants. Tous ces éléments sont des pièces fondamentales du puzzle qui favoriseront la croissance économique de l’Afrique et l’amélioration de la vie de ses habitants. Je le dis depuis longtemps et j’ai contribué à ce développement par le biais de la Chambre africaine de l’énergie, soutenir la coopération entre les pays africains afin de promouvoir le commerce intra-africain des ressources énergétiques et de créer des synergies est la voie à suivre.

La Banque africaine de développement a estimé qu'il faudrait entre 130 et 170 milliards USD par an d'ici à 2025 pour combler le déficit d'infrastructure sur l'ensemble du continent. Comment les nations africaines peuvent-elles financer ces développements fondamentaux si elles renoncent à explorer leurs ressources naturelles ? Comment le monde occidental, ou qui que ce soit d'autre, peut-il suggérer ou exiger que les nations africaines laissent ces ressources sous terre alors que ce sont ces mêmes ressources qui ont alimenté le développement économique partout ailleurs ?

Après des décennies d'occupation coloniale et de conflits politiques et militaires ultérieurs, de nombreuses régions africaines ont maintenant atteint le niveau de stabilité qui leur permettra de bâtir des économies performantes. Les ressources naturelles de ces pays, qu’il s’agisse du pétrole, du gaz, du charbon ou des diamants, seront le carburant de ces pays. Le boycott des entreprises pouvant aider ces pays à développer ces ressources serait facteur de suicide économique.

Cela ne veut pas dire que la durabilité environnementale et le changement climatique ne devraient pas figurer en tête de liste des préoccupations lors du débat sur le secteur énergétique africain, mais devraient plutôt éclairer les politiques d'évaluation de l'impact sur l'environnement et promouvoir les meilleures pratiques de l'industrie, et non pas y mettre fin.

Oui, les sources d’énergie renouvelables peuvent contribuer à développer l’électrification en Afrique, et les énergies solaire et éolienne sont devenues compétitives par rapport à la production à base de carbone, mais cela dépendra toujours des ressources disponibles dans chaque région et devra toujours être soutenus par d’autres formes de capacité de production capables de surmonter le problème de l’intermittence qui fait suite à la production d’énergie renouvelable.

Cela est déjà en train de se produire. Le Kenya, par exemple, est l’un des principaux pays du monde en termes de part de sa matrice énergétique issue des énergies renouvelables, qui devrait atteindre 100% dans les années à venir, mais il détient également certaines des plus grandes réserves d’énergie géothermique du monde, et il continuera à développer ses réserves de pétrole car il lui faut de l’argent pour financer son développement économique.

Le temps de la croissance et du développement de l’Afrique est enfin arrivé et sera financé par ses ressources naturelles. Les leçons de morale erronées de l'Occident ne changeront rien car les ressources financières provenant de ces activités sont cruciales et irremplaçables. De manière quelque peu ironique, même si l’Afrique souhaitait cesser d’utiliser des combustibles fossiles et remplacer chaque centrale électrique par des sources renouvelables, elle serait toujours contrainte de développer ses gisements de pétrole et de gaz afin de financer cette transition.

Il est inutile de promouvoir des approches radicales de la transition énergétique, en particulier pour l’Afrique. Une option équilibrée et gérable, consistant à faire la transition progressive en combinant le développement des hydrocarbures et des énergies renouvelables, parallèlement à des politiques de protection de l'environnement rigoureuses dans le secteur, est l'option non seulement réaliste, mais qui permettra également de combiner croissance économique et durabilité environnementale.

Le New York Times a cité M. Gwede Mantashe, ministre sud-africain de l'Énergie, dans un article consacré à la Semaine africaine du pétrole. « L'énergie est le catalyseur de la croissance » , a-t-il déclaré, « ils veulent même nous dire d'éteindre toutes les centrales au charbon », jusqu'à ce que vous leur disiez: « Vous savez que nous pouvons le faire, mais vous respirerez l'air frais dans l'obscurité ».

Assez dit.

NJ Ayuk est le PDG de Centurion Law Group et le président de la Chambre africaine de l'énergie. Son expérience dans la négociation d’accords sur le pétrole et le gaz lui a permis d’acquérir une connaissance approfondie du paysage énergétique africain. Il est l'auteur de « Des milliards en jeu: L'avenir de l'énergie et des affaires en Afrique. »


Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Media files
African Energy Chamber
Télécharger le logo

Demonizing Oil and Gas companies is not a constructive way forward on energy transition. Africa will push for “the Right to Drill”

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.