Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

world

Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019 L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science : 20 chercheuses africaines récompensées

Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019 L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science : 20 chercheuses africaines récompensées

Hier soir, lors d’une Cérémonie organisée à Dakar dans le cadre de la 10ème édition de son programme régional Pour les Femmes et la Science, la Fondation L’Oréal (http://bit.ly/37vVPE0), aux côtés de l’UNESCO, a mis à l’honneur les 20 jeunes chercheuses récompensées par le Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019.

Lien Document : http://bit.ly/2rhvngO

« Parmi les chercheurs mondiaux, on compte seulement 2,4 /em>1 de scientifiques africains, dont à peine 30  sont des femmes. Aujourd’hui, il n’y a pas assez de femmes scientifiques en Afrique. Au travers le Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne, nous mettons en avant et soutenons les extraordinaires chercheuses du continent, qui sont indispensables pour développer une recherche inclusive en Afrique, pour l’Afrique et menée par des Africain·e·s. », déclare Alexandra Palt, Directrice Générale de la Fondation L’Oréal.

UNE CÉRÉMONIE PRESTIGIEUSE POUR METTRE EN LUMIÈRE DE BRILLANTES CHERCHEUSES

Issues de 15 pays, ces informaticiennes, ingénieures ou encore biologistes, témoignent de la diversité et du rôle crucial de la recherche scientifique au féminin sur le continent. Elles ont été célébrées devant un public venu de tout le continent africain. Madame Denise Nyakeru Tshisekedi, Première Dame de la République Démocratique du Congo, et Monsieur Cheikh Oumar Anne, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation du Sénégal, ont honoré l’événement de leur présence.

D’autres personnalités étaient également présentes : représentants du monde scientifique et des pouvoirs publics, Dimitri Sanga, Directeur régional de l’UNESCO Afrique de l’Ouest (Sahel), intellectuels, leaders d’opinion, organisations promouvant l’égalité des genres dont Hafsat Abiola, présidente de Women in Africa, et femmes influentes, notamment artistes, comme la chanteuse Coumba Gawlo Seck. Toutes les photos sont disponibles ici (http://bit.ly/34ejI0T) (copyright Stéphane Tourne / Fondation L’Oréal).

UN ENGAGEMENT HISTORIQUE DE LA FONDATION L’ORÉAL AUPRÈS DES FEMMES DE SCIENCE

Créé en 1998, le programme Pour les Femmes et la Science, mené par la Fondation L’Oréal en partenariat avec l’UNESCO, vise à promouvoir les femmes dans le monde de la recherche scientifique, où le plafond de verre reste une réalité. Depuis 21 ans, plus de 3 400 chercheuses issues de 118 pays ont été mises en lumière.

À travers le programme régional Jeunes Talents Afrique subsaharienne, la Fondation L’Oréal et l’UNESCO ont déjà accompagné 129 doctorantes et post-doctorantes, qui contribuent par leurs travaux à construire l’avenir du continent. Cette année, ce programme Afrique subsaharienne fête son dixième anniversaire. À cette occasion, la Fondation L’Oréal et l’UNESCO ont souhaité renforcer leur engagement et ont doublé le nombre de jeunes chercheuses récompensées chaque année en Afrique.

Ainsi cette année, en plus des 7 femmes scientifiques récompensées en Afrique du Sud, 15 doctorantes et 5 post-doctorantes, originaires d’une quinzaine de pays d’Afrique subsaharienne, dont 2 du Sénégal, viennent d’être honorées. Elles ont été sélectionnées pour leur excellence scientifique parmi près de 400 candidatures.

Les Jeunes Talents ont reçu un soutien financier pour leurs travaux scientifiques, grâce à des dotations de 10 000 € pour les doctorantes et de 15 000 € pour les post-doctorantes. Ces 20 chercheuses et les 7 scientifiques du programme national d’Afrique du Sud, ont en outre bénéficié d’un programme de formation destiné à leur donner davantage les moyens de poursuivre leur carrière. Cette formation de quatre jours, dispensée par des experts internationaux sélectionnés par la Fondation L’Oréal, a abordé différentes disciplines : leadership, management, négociation, prise de parole en public, ou encore media training et personal branding.

LE PALMARÈS DU PRIX JEUNES TALENTS AFRIQUE SUBSAHARIENNE 2019

1 – Regina Esinam ABOTSI – Doctorante – Ghana – Université du Cap, Afrique du Sud

Spécialité : Sciences médicales

Travaux de recherche : Déterminer la résistance aux antibiotiques de bactéries potentiellement pathogènes présentes dans les voies respiratoires des enfants infectés par le VIH.

2 – Becky Nancy ALOO – Doctorante – Kenya – Institution africaine Nelson Mandela pour la science et la technologie d’Arusha

Spécialité : Sciences microbiologiques

Travaux de recherche : Identifier de nouvelles espèces de rhizobactéries associées aux pommes de terre irlandaises, pour améliorer le rendement agricole.

3 – Fatoumata BA – Doctorante – Sénégal – Université Gaston Berger de Saint-Louis  

Spécialité : Médecine fondamentale

Travaux de recherche : Étudier le sommeil pour mieux lutter contre les maladies du métabolisme.

4 – Mercy Temitope BANKOLE – Post-Doctorante – Nigéria – Université fédérale de technologie de Minna

Spécialité : Chimie

Travaux de recherche : Cicatriser les plaies ouvertes plus rapidement et mieux grâce à un nanocomposite.

5 – Najah Fatou COLY – Doctorante – Sénégal – Université Cheikh Anta Diop de Dakar

Spécialité : Sciences biologiques

Travaux de recherche : Mieux comprendre les infections survenant lors de l’accouchement pour lutter contre la mortalité néonatale.

6 – Funmilola FAGBOLA – Doctorante – Nigéria – Université de technologie de Ladoke Akintola

Spécialité : Génie électrique, électronique, ingénierie informatique

Travaux de recherche : Détecter la désinformation à l’aide de modèles de preuve et d’apprentissage approfondi et d’algorithmes inspirés de la nature.

7 – Nowsheen GOONOO – Post-Doctorante – Ile Maurice – Université de Maurice, Moka

Spécialité : Sciences des matériaux

Travaux de recherche : Éviter les amputations en améliorant la cicatrisation des plaies diabétiques.

8 – Fatou JOOF – Doctorante – Gambie – Université ouverte de Banjul

Spécialité : Sciences biologiques

Travaux de recherche : Développer de nouvelles stratégies antipaludiques en suivant des mutations génétiques.

9 – Ruth KIHIKA – Doctorante – Kenya – Université Kenyatta de Nairobi

Spécialité : Chimie

Travaux de recherche : Identifier des cibles géniques corrélées avec des agents biochimiques, responsables de la résistance des plantes aux parasites.

10 – Stéphanie Maubath Carène KONAN – Doctorante – Côte d’Ivoire – Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan

Spécialité : Informatique et science informationnelle 

Travaux de recherche : La géomatique au service de la lutte contre la malnutrition.

11 – Carine KUNSEVI-KILOLA – Doctorante – République Démocratique du Congo – Université de Stellenbosch, Afrique du Sud

Spécialité : Sciences de la santé

Travaux de recherche : Lutter contre la contamination par la tuberculose chez les diabétiques.

12 – Jacqueline KYOSIIMIRE-LUGEMWA – Post-Doctorante – Ouganda – MRC/UVRI & London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM), Unité de recherche ougandaise

Spécialité : Sciences de la santé

Travaux de recherche : Produire des données complètes sur l’état immunitaire préexistant en apportant des réponses de vaccin au virus du VIH en Ouganda.

13 – Henintsoa Onivola MINOARIVELO – Post-Doctorante – Madagascar – Université de Stellenbosch, Afrique du Sud

Spécialité : Sciences des mathématiques

Travaux de recherche : Utiliser des simulations mathématiques et des calculs informatiques pour prédire la disparition d’animaux pollinisateurs.

14 – Celia MOFFAT JOEL MATYANGA – Doctorante – Zimbabwe – Université du Zimbabwe, Harare 

Spécialité : Médecine fondamentale

Travaux de recherche : Utiliser les interactions entre une médecine traditionnelle à base de pommes de terre africaines et le traitement de première ligne du VIH/SIDA.

15 – Mweete NGLAZI – Doctorante – Zambie – Université du Cap, Afrique du Sud

Spécialité : Sciences de la santé

Travaux de recherche : Analyser le surpoids et l’obésité en Afrique du Sud : le cas des femmes en âge de procréer.

16 – Ines NGOH – Doctorante – Cameroun – Université de Buea et London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM), Unité de recherche gambienne, Gambie

Spécialité : Sciences biologiques

Travaux de recherche : Comprendre les variations génétiques utilisées par les populations naturelles de parasites du paludisme.

17 – Georgina NYAWO – Doctorante – Zimbabwe – Université de Stellenbosch, Afrique du Sud

Spécialité : Sciences de la santé

Travaux de recherche : Évaluer le microbiome chez les patients atteints de tuberculose pour mettre au point de nouvelles interventions cliniques et thérapeutiques

18 – Cécile Harmonie OTOIDOBIGA – Post-Doctorante – Burkina Faso – Université de Ouagadougou Joseph Ki-Zerbo

Spécialité : Sciences biologiques

Travaux de recherche : Améliorer la productivité du riz de bas-fond en Afrique de l’Ouest.

19 – Francine TANKEU – Doctorante – Cameroun – Université de Yaoundé 1

Spécialité : Sciences biologiques

Travaux de recherche : Soigner la leucémie en alliant biochimie et pouvoir des plantes.

20 – Jesugnon Fifamè Murielle Féty TONOUEWA – Doctorante – Bénin – Université de Parakou

Spécialité : Sciences environnementales

Travaux de recherche : Améliorer la filière du bois au Bénin.

1 Rapport sur la Science, UNESCO (2015).


Distribué par APO Group pour L’Oréal Foundation.

Suivez la Fondation L’Oréal sur :
Twitter 4WomeninScience
Facebook
ForWomeninScienceSA
Instagram @Loreal4WomenEmpowerment
#FWIS #Fondationloreal

Contacts Presse :
Éric Bazin
+33627945201
eb@lelab.info

Sandrine Ngoma
+33664395970
sn@lelab.info

À propos de la Fondation L’Oréal :
La Fondation L’Oréal (http://bit.ly/37vVPE0) agit en faveur des femmes dans le monde et les accompagne pour les aider à se réaliser dans deux grands domaines qui sont au cœur de l’ADN du Groupe : la recherche scientifique et la beauté inclusive.

Créé en 1998 et mené par la Fondation L’Oréal en partenariat avec l’UNESCO, le programme Pour les Femmes et la Science veut améliorer la représentation des femmes dans les carrières scientifiques, fort de la conviction que le monde a besoin de la science, et la science a besoin des femmes. Depuis 21 ans, plus de 3 400 chercheuses issues de 118 pays ont été accompagnées et mises en lumière.

Convaincue que la beauté est au cœur du processus de reconstruction de soi et vecteur d’inclusion sociale, la Fondation L’Oréal développe également des formations d’excellence gratuites aux métiers de la beauté à destination de personnes fragilisées. Elle donne aussi accès à des soins de beauté et de bien-être en milieu médical et social pour accompagner des personnes en souffrance physique, psychique ou sociale, ainsi qu’à des opérations de chirurgie réparatrice.

À propos de l’UNESCO :
Depuis sa création en 1945, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, les sciences et la culture (UNESCO) (http://bit.ly/37wRKzm) soutient la coopération scientifique comme un levier de développement durable et de paix entre les peuples. L’UNESCO soutient les États dans le développement des politiques publiques et le renforcement des capacités dans le domaine des sciences, de la technologie et de l’innovation, l’enseignement des sciences. L’UNESCO pilote également plusieurs programmes intergouvernementaux consacrés à la gestion durable de l’eau douce et des ressources océaniques et terrestres, la protection de la biodiversité et le recours à la science pour lutter contre le changement climatique et les catastrophes naturelles. Dans la poursuite de ses objectifs, l'Organisation s’attache à l'élimination de toute forme de discrimination et à la promotion de l'égalité entre hommes et femmes.


Media files
L’Oréal Foundation
Télécharger le logo

Young Talent Sub-Saharan Africa 2019 Awards L’Oréal-UNESCO For Women in Science Program: 20 women researchers awarded

Africanews propose à ses lecteurs du contenu fourni par APO Group. Africanews n'apporte aucun changement à ce contenu.