Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

RDC : la corruption au centre d'une nouvelle mission du FMI

RDC : la corruption au centre d'une nouvelle mission du FMI

République démocratique du Congo

Le Fonds monétaire international (FMI) a commencé une nouvelle mission en République démocratique du Congo, pour se pencher entre autres sur la lutte contre la corruption, qui mobilise la société civile et inquiète l’Union européenne.

“La mission est là pour regarder les lois et les institutions dans les domaines des finances publiques, de la Banque centrale, de la lutte contre le blanchiment de l’argent et aussi dans la lutte contre la corruption”, a déclaré mardi à l’AFP le représentant du FMI à Kinshasa, Philippe Egoume.

La mission, qui va durer jusqu’au 20 décembre, veut repérer “les vulnérabilités qui peuvent entraîner des situations de mauvaise gouvernance”.

C'est très rare qu'un pays soit capable d'augmenter ses revenus de 50 à 60 % d'une année sur l'autre

Lundi, le FMI a abordé “des questions liées à la gouvernance et à la lutte contre la corruption” avec le Premier ministre Sylvestre Ilunga.

Cette mission du FMI, la troisième en moins d’un an, “va formuler des recommandations à l’intention du gouvernement”, ajoute le compte Twitter des services du Premier ministre (la Primature).

Par ailleurs le FMI a jugé “irréaliste” le projet de budget de l’Etat congolais pour 2020, a rapporté vendredi l’agence Bloomberg.

Ce projet actuellement en discussion au Parlement se chiffre à 10 milliards de dollars, contre 5,5 cette année. “C’est très rare qu’un pays soit capable d’augmenter ses revenus de 50 à 60 % d’une année sur l’autre”, a déclaré le représentant du FMI Philippe Egoume cité par Bloomberg.

Une campagne “le Congo n’est pas à vendre” a demandé lundi au chef de l’Etat Félix Tshisekedi “la rigueur de la sanction inconditionnelle contre les auteurs de détournements et de corruption”.

Le mouvement Unis a décrété 2020 “année de lutte contre la corruption”, avec l’intention de mener des actions de sensibilisation dès l‘école primaire.

Lundi également, l’UE a souligné “la persistance de la corruption, du blanchiment d’argent, des atteintes au droit de propriété et du détournement de fonds publics” près d’un an après l’investiture du nouveau chef de l’Etat.

La RDC occupe la 161e place dans le classement de Transparency international sur la corruption publié en janvier 2019.

En juillet, le nouveau président Félix Tshisekedi avait promis la fin du règne des “intouchables corrupteurs et corrompus”.

Le parquet a ouvert en septembre une enquête dans l’affaire dite des “15 millions de dollars” présumés détournés des caisses du Trésor public, qui implique le directeur de cabinet du chef de l’Etat. Une enquête qui n’a rien donné jusqu‘à présent, déplorent les acteurs de la lutte anti-corruption.

AFP

Voir plus