Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

Kenya : fécondation des rhinocéros blancs du Nord

Kenya

Des rhinocéros blancs du Nord femelles pourraient bien être les derniers à brouter dans ces pâturages de la réserve d’Ol Pajeta, au Kenya. Ce pourrait d’ailleurs être les derniers rhinocéros blancs du Nord au monde tout court.

Une équipe de chercheurs kényans, allemands et tchèques a entrepris des travaux visant à maintenir en vie cette sous-espèce de rhinocéros blancs par insémination artificielle. Mais l’initiative a été interrompue en raison des restrictions de voyage consécutives à la pandémie du coronavirus. Les conservateurs sont inquiets.

“Les deux rhinocéros blancs du Nord femelles ne peuvent plus mettre bas de manière naturelle. Le seul espoir de les sauver est de passer par une insémination in vitro”, explique Zachariah Mutai, gardien d’Ol Pajeta Conservancy.

Le taux d'extinction des espèces sur cette planète est à présent le plus rapide jamais enregistré, ça va bien plus vite que le taux d'extinction des dinosaures.

Le but des scientifiques est de créer des embryons viables en laboratoire en inséminant les ovules des deux femelles avec du sperme congelé de mâles morts. Il faudra ensuite les transférer dans une mère porteuse, un rhinocéros blanc du Sud dont l’espèce n’est pas aussi menacée.

“L’ensemble de la procédure est à présent retardée. Il s’agit précisément de la procédure pour récupérer les ovules des femelles, mais aussi de la procédure pour développer la technique pour introduire l’embryon du rhinocéros blanc du Nord dans les femelles du rhinocéros blanc du Sud”, indique Richard Vigne, directeur général de la réserve.

Les travaux ont été lancés en janvier avant les mesures de restriction des voyages. Trois embryons avaient été créés et stockés dans de l’azote liquite à la réserve d’Ol Pejeta. Mais des étapes-clés ont été mises sur pause depuis de longues semaines.

“Le taux d’extinction des espèces sur cette planète est à présent le plus rapide jamais enregistré, ça va bien plus vite que le taux d’extinction des dinosaures. Et c’est le fait de l’activité humaine. Il est à présent temps de tracer une ligne sur le sable et dire que l’extinction doit s’arrêter. Et en ce qui nous concerne, c’est une bonne opportunité d’essayer cela”, déclare M. Vigne.

Le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle était du Soudan du Sud. Il a été euthanasié il y a deux ans en raison de problèmes de santé liés à l‘âge. En 2017, il a été très populaire auprès des jeunes après qu’il a été catalogué comme le célibataire le plus recherché du monde sur l’application de rencontres Tinder.

Voir plus