Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Après la guerre, le calvaire des Éthiopiennes enceintes d'Oum Raquba

Une femme et son enfant dans un dispensaire du camp d'OUm Raquba   -  
Copyright © africanews
ASHRAF SHAZLY / AFP

Soudan

Berekhti Burro s'avance avec peine vers son abri de fortune.

Alors que sa grossesse arrive à terme, les combats intenses dans sa région du Tigré ont poussé Berekhti a fuir sa ville d'Humera, pour trouver refuge dans le camp de Oum Raquba de l'autre côté de la frontière soudanaise. Elle a laissé son premier enfant avec sa grand-mère au Tigré, et craint désormais que la naissance de son fils se transforme en cauchemar.

"Je suis au neuvième mois de ma grossesse, et je devrais accoucher cette semaine. J'ai tellement peur, parce qu'il n'y a pas de docteur ou d'hôpital la nuit. Je n'arrive pas à dormir, je me demande ce qu'il va m'arriver et comment je vais réussir à accoucher maintenant, alors qu'il n'y a pas de nourriture ou quoi que ce soit à boire. Je prie Dieu de bien vouloir me permettre d'aller dans un meilleur endroit que celui où je vais accoucher", explique Berekhti, devant sa case improvisée.

Comme Berekhti, elles seraient plus de 700 femmes enceintes dans le camp de réfugiés. L'une d'elle a perdu son enfant, faute de soins. "Aucune femme ne devrait avoir à vivre ça", a réagi dans un communiqué Massimo Diana, à la tête de l'UNFPA au Soudan, assurant travailler pour que tout soit mis en place "pour sauver des vies".

Si le personnel médical du camp d'Oum Raquba a mis un en place un dispensaire de fortune, avec de petites cloisons qui séparent les consultations de grossesse des interventions bénignes, les dangers sont nombreux pour les jeunes enfants. Beaucoup souffrent de paludisme, de diarrhée, de dysenterie ou d'autres maladies contagieuses. Les troubles intestinaux sont courants selon les médecins, les réfugiés étant peu habitués à la bouillie à base de sorgho et d'eau.

"Dans ce dispensaire, nous pouvons effectuer des contrôles, mais pratiquer des accouchements serait très difficile", explique Nawal Adel, une sage-femme qui a examiné plusieurs femmes enceintes, "épuisées et qui manquent d'alimentation".

Mohamed al-Moatasem, un docteur du camp déplore des installations encore insuffisantes pour accueillir et traiter tout les patients. "Le camp est encore en train d'être mis en place, donc il y a de nombreuses maladies qui existent dans les régions chaudes dont les réfugiés souffrent. Ces maladies se répandent rapidement, et les rassemblements dans le camp empirent la situation sanitaire. Actuellement, nous connaissons une pénurie de médicaments, \_en particulier ceux pouvant sauver des vies, comme les antibiotiques ou les médicaments anti-paludisme._"

Face à des conditions d'hygiènes précaires et un nombre de réfugié qui ne cessent de grandir, les médecins du camp sont impuissants. Selon la Commission soudanaise des réfugiés ils seraient plus de 36 000 à avoir rejoint le camp d'Oum Raquba. Mais les Nations Unies affirment que ce chiffre pourrait atteindre les 200 000 dans les mois à venir.

"Tout ce que je veux pour mon bébé, c'est qu'il soit en bonne santé."

Au "Village numéro 8", un centre de transit soudanais où se rassemblent les réfugiés avant d'être transférés dans des camps, des patients, dont de nombreuses femmes avec leurs bébés, font la queue devant un dispensaire géré par un groupe de médecins éthiopiens.

Dans un abri de fortune, Berekhti Calaio donne le sein à son nouveau-né en pleurs. "J'ai du mal à le nourrir car moi-même, je ne mange pas bien depuis plus d'une semaine et je n'ai pas les moyens d'acheter du lait." Les Nations unies ont déclaré avoir distribué des fournitures de base pour faciliter les accouchements, et les médecins affirment que plusieurs femmes enceintes ont été transférées à des hôpitaux voisins.

"Je sais que je ne peux pas retourner chez moi au Tigré et qu'ici, c'est bien plus sûr que la guerre, malgré le manque de nourriture et de structures sanitaires adéquates", affirme à Oum Raquba Berekhti Burro, qui doit accoucher d'un jour à l'autre.

"Tout ce que je veux pour mon bébé, c'est qu'il soit en bonne santé."

Voir plus