Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Cameroun : des homosexuels réclament justice

  -  
Copyright © africanews
TONY KARUMBA/AFP or licensors

Arrestation

Neuf Camerounais soupçonnés de pratiques homosexuelles ont été arrêtées dans l'Ouest du pays.

Selon Me Alice Nkom, qui défend les droits LGBT au sein de l'association ADEFHO, ces personnes ont été arrêtées au siège de l'association Colibri, dont la mission est la prise en charge des personnes atteintes de VIH. Depuis sept d'entre elles ont retrouvé la liberté.

_Le régisseur ne savait pas s’il fallait les placer chez les garçons ou chez les filles. Et vous pouvez être sûr que si on les place chez les garçons c’est fini pour eux. C’est des brimades, des viols répétés, tout le monde va se satisfaire là dedans. Ceux qui ont 10 ans de prison et qui n’ont jamais vu de femme, bref, c’est la galère. Alors il a fallu trouver un moyen pour pouvoir les mettre à l’abri et trouver éventuellement quelqu’un, un prisonnier qui assure sa garde, explique _Me Alice Nkom.

Autrefois fréquentes, les arrestations pour des faits allégués d'homosexualité ont sensiblement baissé ces dernières années au Cameroun, mais elles semblent repartir à la hausse depuis peu. Deux personnes transgenres arrêtées à Douala, la capitale économique, sont toujours écrouées. Leur procès, ouvert le 10 février, doit reprendre le 10 mars.

Ma joie, et c'est un peu une victoire de mon combat d'il y a 20 ans, de 20 ans aujourd'hui, c'est que j'ai quatre avocats qui veulent se joindre à moi pour le jour où on les juge, c'est à dire le 10 mars. Pour moi c'est vraiment quelque chose d'important, et de réconfortant.

Au Cameroun, les pratiques homosexuelles sont interdites, la loi prévoit des peines de 6 mois à 5 ans de prison et une amende pouvant aller jusqu'à 300 dollars à l'encontre de toute personne qui entretient des rapports sexuels avec quelqu'un du même sexe.