Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Dakar : le mouvement de contestation inédit et violent se poursuit

  -  
Copyright © africanews
Africanews correspondent

Sénégal

Le Sénégal, considéré comme un îlot de stabilité en Afrique de l'Ouest, est en proie à des troubles depuis mercredi. L'arrestation de l'opposant Ousmane Sonko a provoqué la colère de ses partisans.

Elle a aussi libéré, disent de nombreux Sénégalais, l'exaspération accumulée, au moins depuis l'apparition du Covid-19, devant la dégradation des conditions de vie dans ce pays déjà pauvre.

Livré au pillage deux fois en deux jours, un magasin dévasté d'une grande enseigne de distribution internationale dans un quartier opulent et ensoleillé de Dakar offre un instantané des troubles qui secouent le Sénégal depuis quelques jours, avec les intérêts français au milieu.

Au magasin Auchan des Almadies, à proximité des ambassades et du siège d'organisations internationales, des hommes, des femmes, des enfants qui invoquent leur dénuement emportent ce qui reste à emporter sous le regard de salariés consternés qui se disent victimes d’événements qui les dépassent.

Si c'est la France qui est visée, on se trompe de cible parce que le personnel d'Auchan est Sénégalais, disent-ils.

"Nous ne sommes pas des pillards. On n'a pas les moyens de nous amortir", dit une femme en boubou orange qui fouille parmi les produits jetés à terre, au milieu des rayons vidés et renversés et des équipements vandalisés.

Le magasin a été pillé et incendié la veille. Dehors, des adultes et des enfants visiblement démunis considèrent le butin transporté dans des sachets en papier ou des sacs poubelles : conserves, boissons, jouets.

"Ils disent : "Auchan dégage". Mais c'est nous qui gagnons notre pain à la sueur de notre front", constate un employé dépité.

Arwa BARKALLAH, correspondante d'Africanews au sénégal : "Ici, à Dakar, c’est le quatrième jour de tension entre la police anti-émeutes et les manifestants. Vendredi soir, on déplorait quatre morts dans le pays suite à ces protestations. Le ministre de l’Intérieur, Antoine Felix Adboulaye Diome, a prononcé un discours appelant au calme. Il a exhorté les pères de famille à calmer la jeunesse. Cette dernière, qui, selon lui, devrait se concentrer sur ses études et sur la discipline.

En attendant que le président de la République prenne lui aussi la parole, de nouveaux actes de pillages ont eu lieu dans des quartiers populaires tels que Point E, Sacré Cœur et Liberté 6. Ils visaient les magasins Auchan et les stations-services Total.

Depuis deux jours, le signal de SEN TV et WalfAdjiri a été coupé. Les deux antennes ont basculé sur Youtube, mais l’organisme NetBlog a noté une baisse de la connectivité du Sénégal sur Youtube et Whatsapp.

Dans le même temps, les locaux du groupe Futur Media, le groupe de presse de Youssou N’Dour, ont été saccagés.

Ce qui explique ces scènes de guérilla urbaine, c’est l’arrestation mercredi, pour "trouble a l’ordre public", du principal opposant au régime, Ousmane Sonko. Ce dernier avait été interpellé alors qu’il se rendait au tribunal escorté par la police afin d'être entendu dans une affaire de viols présumés".

Voir plus