Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Mali : le président et son PM détenus par les militaires ?

Mali : le président et son PM détenus par les militaires ?
In this file photo taken on September 25, 2020 transition Mali President Bah Ndaw is seen during his inauguration ceremony at the CICB in Bamako   -  
Copyright © africanews
MICHELE CATTANI/AFP or licensors

Mali

Les militaires maliens **ont emmené de force **le président et le Premier ministre de transition malienne au camp militaire de Kati, à quelques kilomètres de Bamako.

Les militaires maliens seraient mécontents du nouveau gouvernement annoncé par les autorités de transition.

"Le président et le Premier ministre sont ici à Kati pour des affaires les concernant", a dit un haut responsable militaire à l'Agence France presse. Information confirmée par une source proche du gouvernement Malien.

C'est là que le président élu Ibrahim Boubacar Keïta avait été conduit de force le 18 août 2020 par des colonels putschistes pour annoncer sa démission. Ce sont semble-t-il les mêmes colonels qui sont à la manoeuvre neuf mois plus tard.

Peu auparavant, le Premier ministre de transition avait indiqué avoir été emmené lundi sous la contrainte par des soldats chez le président Bah Ndaw.

"Je confirme : des hommes de Goïta sont venus me chercher pour me conduire chez le président qui habite non loin de ma résidence", a dit Moctar Ouane dans un bref échange téléphonique avec l'AFP, en faisant référence à l'homme fort malien, le colonel Assimi Goïta, actuel vice-président de la transition.

Bamako bruissait de rumeurs difficiles à confirmer et des missions internationales ont diffusé des messages de prudence. La capitale, qui avec le Mali a connu en août 2020 son quatrième coup d'Etat depuis l'indépendance, présentait cependant un air de relative normalité lundi soir.

Ces événements sont survenus quelques heures seulement après l'annonce d'un nouveau gouvernement, que dominent toujours les militaires, mais dont ont été écartés des officiers proches de la junte qui avait pris le pouvoir après le coup d'Etat d'août 2020 et dont Assimi Goïta était le chef.

Voir plus