Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Zimbabwe : indemnisation des victimes d'un massacre des années 1980

Zimbabwe : indemnisation des victimes d'un massacre des années 1980
  -  
Copyright © africanews
GULSHAN KHAN/AFP or licensors

Zimbabwe

Le Zimbabwe va entamer des discussions sur l'indemnisation des victimes d'un célèbre massacre perpétré dans les années 1980, lorsque l'ancien président Robert Mugabe était au pouvoir, a déclaré samedi le gouvernement zimbabwéen.

Le communiqué précise que certaines victimes seront également exhumées et ré-enterrées selon les coutumes locales. La nouvelle a été annoncée à la suite de pourparlers entre le président Emmerson Mnangagwa et les chefs de tribu visant à régler des griefs de longue date concernant les massacres dits de Gukurahundi.

Selon les groupes de défense des droits, Mugabe a déployé, à partir de 1983, une unité militaire formée par la Corée du Nord pour réprimer une révolte dans la région du Matabeleland, dans le sud-ouest du Zimbabwe nouvellement indépendant.

Ils ont tué environ 20 000 personnes sur plusieurs années, selon la Commission catholique zimbabwéenne pour la justice et la paix, un bilan soutenu par Amnesty International. La plupart des victimes appartenaient à la tribu minoritaire des Ndebeles. À l’époque, le président actuel Emmerson Mnangagwa était ministre de la sécurité.

Une récente déclaration du président a confirmé les recommandations du Conseil national des chefs en matière d'indemnisation et a promis une consultation étroite avec toutes les parties concernées. La question des exhumations et des ré-inhumations doit être résolue au cas par cas en respectant les coutumes locales, a ajouté le président.

Toutefois, le président Mnangagwa a tenu plusieurs réunions au cours de l'année écoulée pour tenter de résoudre les problèmes découlant des massacres de Gukurahundi. Robert Mugabe, qui est mort en 2019, n'a jamais reconnu sa responsabilité dans les massacres, rejetant les preuves d'Amnesty International comme un "tas de mensonges".

Voir plus