Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : en Ituri, les opérations militaires pénalisent les déplacés

  -  
Copyright © africanews
JOHN WESSELS/AFP or licensors

République démocratique du Congo

En janvier, une attaque rebelle dans la zone avait coûté la vie à au moins 46 personnes.Les incursions des groupes armés au nord de la RDC ont poussé des milliers de personnes à vivre dans des camps de réfugiés.

Environ 12 000 personnes ont fui la violence à Djugu, et vivent dans le camp à Bunia, la capitale de la province. Souvent dans des conditions jugées inhumaines.

"Aujourd'hui, nous sommes ici, parce qu'il n'y a nulle part où retourner, nos maisons ont été brûlées et nous avons perdu tout ce que nous avions. Nous n'avons pas eu le temps de récupérer quoi que ce soit. Nous nous sommes enfuis avec les enfants avec les vêtements que nous portions le jour de l’attaque de notre village et puis nous sommes arrivés ici à Bunia", explique Reheme Rogeline, déplacée à Bunia.

L’Organisation internationale pour les migrations estime que 19,6 millions de personnes auront besoin d'une aide humanitaire au cours du premier semestre de l'année, dont 5,2 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays.

Face au calcaire vécu, les déplacés lancent un cri de cœur . Et c’est Machozi Glorieuse, vice-présidente du groupe des réfugiés de Kigonze qui s’exprime. "Si le gouvernement congolais veut bien nous écouter, s'il veut bien nous écouter, qu'il en finisse avec cette misère en Ituri afin que nous puissions trouver une opportunité de rentrer chez nous, c'est notre prière, parce que les enfants souffrent", souligne-t-elle.

Des cris de cœur comme celui-ci tardent à produire des effets. Pour les autorités, la violence quasi-endémique dans la région s’explique par le nombre d’armes qui y circulent.

" Le problème est très complexe. Toutes les armes qui ont été apportées dans cette région quand il y avait des forces étrangères et qui n'ont pas été "mobilisées", nous n'avons pas désarmé tout le monde, et il y a beaucoup d'armes qui circulent", avance Jean Bamanisa, gouverneur de la province de l’Ituri.

Selon un rapport publié par l'Organisation internationale pour les migrations ce mois-ci, les conflits armés, les catastrophes liées aux risques naturels et les épidémies en République démocratique du Congo, ont créé l'une des crises les plus complexes et les plus anciennes du monde.

Voir plus