Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tchad : l'opposition dénonce un "coup d'Etat institutionnel"

Tchad : l'opposition dénonce un "coup d'Etat institutionnel"
  -  
Copyright © africanews
DJIMET WICHE/AFP or licensors

Tchad

Alors que Mahamat Idriss Déby, fils du président tchadien assassiné, Idriss Déby Itno, a pris le pouvoir mercredi, ses rivaux dénoncent un "coup d'État" institutionnel.

Les principaux partis d'opposition tchadiens n'ont pas été convaincus par la "Charte de transition" établie. Les alliés du leader défunt ont agi rapidement pour s'assurer que le pouvoir reste entre leurs mains, en installant le fils du maréchal Déby, Mahamat Idriss Deby, 37 ans, comme président et chef d'un conseil militaire de transition, tout en dissolvant le parlement et le gouvernement. Ils ont déchiré la constitution du Tchad et établi une "Charte de transition" qui définit une nouvelle loi fondamentale pour le pays.

La charte publiée mercredi proclame que Mahamat Déby, militaire de carrière comme son père qui avait été chef de la puissante garde présidentielle, "occupera les fonctions de président de la République" et sera également à la tête des forces armées.

La période de transition est censée durer 18 mois et conduire à des élections démocratiques, mais elle peut être prolongée une fois.

Alliés dans la lutte contre le djihadisme dans la région du Sahel, la France (également ancienne puissance coloniale) les Nations Unies et les Etats-Unis ont appelé a une transition pacifique et limitée dans le temps.

Les partis de l'opposition tchadienne ont prévenu la France qu'aucune ingérence ne serait tolérée. "Les partis politiques mettent en garde les autorités françaises notamment le président français Emmanuel Macron, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et les généraux de l'armée française de ne pas s'immiscer dans les affaires intérieures du Tchad", a précisé Mahamat Bichara, porte-parole de la coalition des partis contestataires.

Qu'en est-il de l'avancée des colonies rebelles au nord du pays ? Il y a quelques jours seulement, l'armée avait revendiqué une "grande victoire" contre les combattants du Front pour le changement et la concorde au Tchad, FACT. L'armée a déclaré lundi avoir tué plus de 300 rebelles et en avoir capturé 150 autres, avec la perte de cinq soldats.

Voir plus