Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tanzanie : la présidente Hassan lance le rapprochement avec le Kenya

La présidente de la Tanzanie, Samia Suluhu Hassan, s'exprime devant le parlement kenyan.   -  
Copyright © africanews
SIMON MAINA/AFP or licensors

Tanzanie

Samia Suluhu Hassan souhaite donner une nouvelle image de la Tanzanie. Lors d'un voyage de deux jours au Kenya, la nouvelle présidente a exprimé sa volonté d'un rapprochement entre les deux pays.

La présidente tanzanienne Samia Suluhu Hassan est arrivée au Kenya mardi pour un voyage de deux jours visant à dégeler les relations entre les voisins, après des années de différends sur des questions commerciales et frontalières.

Samia Suluhu Hassan espère renouveler l'alliance très importante avec Nairobi, qui a été mise à mal pendant le mandat de son prédécesseur John Magufuli, décédé subitement en mars.

Autrefois proches alliés au sein de la Communauté régionale d'Afrique de l'Est (CAE), la participation de la Tanzanie au bloc s'est estompée sous l'ancienne présidence en raison de la rivalité économique et des accusations de pratiques commerciales déloyales.

Renouveler les relations

Samia Suluhu Hassan, 61 ans, a atterri dans la capitale, Nairobi, et a été reçue par deux ministres avant de se rendre à la présidence, où elle a inspecté une garde d'honneur et reçu une salve de 21 coups de canon.

Elle s'est ensuite entretenue avec le président Uhuru Kenyatta."Votre visite nous a donné l'occasion de renouveler nos relations", a déclaré le chef d'Etat du Kenya lors d'un point de presse conjoint avec son homologue.

Le Kenya travaillera avec la Tanzanie pour s'assurer que l'unité des nations "continuera à se développer et à se renforcer dans l'intérêt de nos peuples", a ajouté Uhuru Kenyatta.

Les deux dirigeants ont annoncé la signature d'un accord pour le transport de gaz de pétrole liquéfié de la ville portuaire de Mombasa à Dar es Salaam, la capitale économique de la Tanzanie. De tels accords étaient irréguliers sous Magufuli, qui était considéré comme favorisant d'autres blocs commerciaux régionaux.

Voir plus