Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Malawi : 2000 réfugiés contraints de retourner vivre dans un camp surpeuplé

Dzaleka refugee camp, MALAWI   -  
Copyright © africanews
cleared

Malawi

Au Malawi, le ministre de la Sécurité intérieure a ordonné en avril à environ 2.000 réfugiés vivant en dehors du camp de Dzaleka d’y retourner. Un ordre gouvernemental qui q 2t2 suspendu par la haute cour pour le moment.

De nombreux demandeurs d’asile, majoritairement congolais burundais ou encore rwandais, sont parvenus à échapper au camp surpeuplé situe à une cinquantaine de km de Lilongwe la capitale.

Un retour à Dzaleka signifie renoncer à leurs acquis mais aussi s’exposer à une promiscuité dangereuse en période de pandémie.

"Nous ne sommes pas à l'aise avec l'ordre du gouvernement qui nous demande de retourner dans le camp, car il y a des embouteillages et nous sommes dans une période de Covid-19. Nos enfants passent leurs examens scolaires et la ration alimentaire pour un mois équivaut à 4100 K, ce qui est trop peu." a déclaré Jean Minani, réfugié burundais.

"Je supplie le gouvernement de nous supporter et de nous permettre de vivre en dehors du camp, pour que nos enfants puissent retourner dans leurs écoles. Nous vivions en paix avec la population locale." a demandé John Muhirwa, réfugié congolais.

Pour le gouvernement, le fait que les refugies vivent parmi les citoyens malawites représenterait un danger pour la sécurité nationale.

Pour le Haut-commissariat aux réfugiés qui conseille "fortement au gouvernement" de renoncer à ce projet, le retour dans le camp de ces réfugiés aggraverait "l'encombrement des écoles, la recherche d'eau et les questions de santé".

"La capacité d'accueil était de 10 000 à 12 000 personnes au moment de l'ouverture du camp en 1994. La capacité d'accueil [du camp] était de 10 000 à 12 000 personnes au moment de l'ouverture du camp en 1994. Mais actuellement, le nombre de personnes détenues ici est d'environ 49 000. Vous pouvez donc constater l'écart entre les estimations et la réalité sur le terrain." a révélé Hillary Namakhwa, responsable du camp de Dzaleka.

La Haute Cour leur a offert un répit, ordonnant l'arrêt de la relocalisation en attendant de pouvoir examiner l'affaire.

Des ONG appellent le gouvernement à respecter les réfugiés et s'assurer que leurs investissements soient protégés.

Le Malawi a signé la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, formulant neuf réserves, dont l'une concernant le campement des réfugiés.

Voir plus