Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

L'université d'Oxford n’enlèvera pas la statue de Cecil Rhodes

L'université d'Oxford n’enlèvera pas la statue de Cecil Rhodes
  -  
Copyright © africanews
ADRIAN DENNIS/AFP

Royaume-Uni

L'université britannique d'Oxford a annoncé jeudi sa décision de ne pas déboulonner une statue controversée du colonisateur Cecil Rhodes, invoquant le coût et la complexité de l'opération, malgré des manifestations et un consensus initial en faveur d'un retrait.

La campagne "Rhodes must fall" pour obtenir le retrait de la statue qui orne la façade de l'Oriel College d'Oxford avait connu un regain de vigueur il y un an dans le cadre du mouvement Black Lives Matter. Des milliers de personnes avaient manifesté en juin 2020 au cris de "Enlevez-la !" et "Décolonisez !", peu de temps après qu'à Bristol, la statue du marchand d'esclaves Edward Colston avait été renversée et jetée à l'eau.

Malgré le consensus entre la direction de l'université et la commission indépendante mise en place pour le retrait de la statue, la direction de l'Oriel College a décidé "à la lumière des considérables obstacles à la suppression" de "ne pas entamer la procédure". Dans un communiqué, l'établissement invoque les "défis réglementaires et financiers" relatifs à cette façade classée, ainsi que les délais d'une telle procédure, "qui pourraient s'étendre sur plusieurs années sans aucune certitude quant au résultat".

Héritage colonial britannique

La commission a souligné que ces difficultés se posaient d'autant plus que la politique du gouvernement était de "maintenir et expliquer" en contextualisant ces signes de l'héritage colonial britannique. "A la place", l'Oriel College s'est dit "déterminé à concentrer son temps et ses ressources pour mettre en oeuvre les recommandations du rapport autour de la contextualisation de la relation du College avec Rhodes, ainsi que d'améliorer l'égalité dans l'enseignement, la diversité et l'inclusion chez ses étudiants et dans la communauté éducative".

"Nous comprenons que cette conclusion nuancée sera décevante pour certains, mais nous nous concentrons désormais sur la mise en oeuvre de solutions pratiques dont le but est d'améliorer l'expérience quotidienne des étudiants" issus de la diversité, a déclaré Neil Mendoza, l'un des responsables de l'université. Après une précédente campagne en 2015-2016, la statue avait été finalement maintenue.

Cecil Rhodes, qui croyait à la supériorité de la race blanche comme beaucoup de défenseurs de la colonisation, avait donné son nom à la Rhodésie (les actuels Zimbabwe et Zambie) et fondé le géant du diamant De Beers. A sa mort, cet ancien étudiant d'Oxford avait légué une partie de sa fortune à l'Oriel College.

Voir plus