Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Quel rêve olympique pour l'Afrique ?

Quel rêve olympique pour l'Afrique ?
Le Cameroun de Geremi et Eto'o est la dernière nation africaine championne olympique de football   -  
Copyright © africanews
Odd ANDERSEN / AFP

Football Africain

L'Afrique peut-elle renouer avec ses succès olympiques, vingt ans après les triomphes du Nigéria et du Cameroun ? Les trois qualifiés africains pour le tournoi de football des JO de Tokyo connaissent des fortunes diverses à deux semaines du début de la compétition.

Les dates FIFA réservées au football international ne concernent pas les Jeux Olympiques qui auront lieu du 22 juillet au 8 août prochain. Ainsi, de nombreuses sélections peinent à composer leur liste de joueurs. Même les stars n'ont pu faire plier leurs employeurs de Mbappé à Neymar, en passant par Camavinga et Marquinhos.

Les champions d'Afrique sans Salah pour défier l'armada espagnole

L'Egypte espérait convoquer le meilleur joueur de son histoire aux rêves olympiques avoués. Mais Liverpool a refusé de libérer Mohamed Salah quelques semaines après avoir abandonné son titre de champion d'Angleterre. Arsenal n'a pas été plus enclin à laisser Mohamed Elneny s'envoler pour le Japon. Idem pour Galatasaray avec Mostafa Mohamed, acteur majeur de la qualification olympique en terminant meilleur buteur de la CAN U23 il y a deux ans.

Le sélectionneur Shawky Gharib pourra en revanche s'appuyer sur le meilleur joueur de cette compétition, Ramadan Sobhi (Pyramids FC). Les 3 joueurs de plus de 23 ans seront le gardien emblématique des Pharaons Mohamed El-Shennawy et les défenseurs Ahmed Hegazy et Mahmoud Hamdy El-Wensh.

L'Egypte est dans le Groupe C en compagnie de l'Argentine, de l'Espagne et de l'Australie.

Des Bafana Bafana sans ambition

L'Afrique du Sud a, elle aussi, essuyé de nombreux refus. Son porte-drapeau devait être Percy Tau, 27 ans, seulement trois bouts de matches de Premier League en 6 mois et pourtant retenu par son club de Brighton.

Reeve Frosler ne sera pas du voyage car il disputera la finale de la Ligue des Champions le 17 juillet avec les Kaizer Chiefs de Soweto. Son coéquipier Nkosingiphile Ngcobo est pourtant lui bien présent tout comme deux "européens" Lyle Foster et Luther Singh qui dynamiseront l'attaque sud-africaine.

Les Bafana Bafana se retrouvent dans le groupe A avec le Japon et surtout le Mexique et la France.

Les Eléphants prêts à tout écraser sur leur passage

Enfin, dernière chance africaine pour cette olympiade et peut-être la plus sérieuse, la Côte d'Ivoire. Les Eléphants olympiques font figure d'exception. Epargné par les clubs européens, Soualiho Haidara, le sélectionneur ivoirien, a dévoilé une liste regorgeant de belles surprises.

Un international A par ligne et pas n'importe lesquels. Eric Bailly, le défenseur de Manchester aux 36 sélections, dirigera la défense. Frank Kessié, auteur d'une saison pleine avec le Milan, organisera le milieu de terrain. Enfin, pour encadrer la ligne d'attaque, le onze olympique pourra compter sur l'inusable Max-Alain Gradel, 11 buts et 14 passes décisives cette saison en Turquie.

Les Eléphants pourront également aligner le grand espoir Amad Diallo, auteur de bons débuts avec Manchester United et sur d'autres valeurs sûres des championnats européens comme Idrissa Doumbia (Sporting), Vakoun Bayo (Toulouse) ou Christian Kouamé (Fiorentina).

Une bonne nouvelle pour Haidara puisque son équipe évoluera dans le "groupe de la mort" avec les champions olympiques en titre brésiliens, les Allemands ainsi que l'Arabie Saoudite.

La liste complète ivoirienne :

Gardiens : Eliezer Ira Tapé (Fc San Pedro), Maxime Nagoli Oupoh (Sol FC), Nicolas Tié (Vitoria Guimaraes, POR)

Défenseurs : Franck Kouao Koffi ((FC Vizela, POR), Mohamed Zié Ouattara (Vitoria Guimaraes, POR), Wilfried Singo (Torino, ITA), Eric Bailly (Manchester United, ANG), Chester Diallo (Ajaccio, FRA), Yves Dabila Kouadio (Mouscron, BEL), Silas Gnaka (KAS Eupen, BEL)

Milieux : Christ Eboué ((Genk, BEL), Idrissa Doumbia (Sporting, POR), Frank Kessié (Milan AC, ITA), Amad Diallo (Manchester United, ANG), Max Gradel (Sivvaspor, TUR), Youssouf Dao (Sparta Prague, RTC)

Attaquants : Cheick Timité (Amiens, FRA), Christian Kouamé (Torino, ITA), Vakoun Bayo (Toulouse, FRA), Mory Keita (Visé, BEL), Kader Keita (Westerlo, BEL), Aboubacar Doumbia (Maccabi Netanhya, ISR)

25 ans d'exploits africains indédits

Afrique du Sud, Côte d'Ivoire, Egypte, ces trois nations espèrent rejoindre dans l'histoire le Nigéria et le Cameroun, seules équipes du continent à avoir un jour enfilé la médaille d'or olympique.

Le déclic est venu en 1992. Le Ghana de Nii Lamptey décroche à Barcelone la toute première breloque de l'histoire du continent. Ce n'est que le bronze mais les Black Starlets ont impressionné le public de Barcelone, un public de connaisseur.

4 ans plus tard, à Atlanta, c'est l'autre mastodonte du football africain de jeunes qui tutoie les sommets. Emmené par une génération dorée (Nwankwo Kanu, Daniel Amokachi, Emmanuel Amunike et autres Sunday Oliseh), le Nigéria remporte le premier titre d'envergure du foot africain, imité quatre ans plus tard, en 2000 à Sydney, par les Lions Indomptables (guidés par Samuel Eto'o ou le capitaine Geremi et le buteur Patrick Mboma).

Le Nigéria reste aujourd'hui le plus gros palmarès olympique du continent avec, depuis son sacre de 1996, une médaille d'argent ramenée de Pékin en 2008 et une de bronze lors du dernier tournoi, à Rio en 2016.