Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tigré : "difficile d'envisager une reconciliation", selon le Crisis Group

Les forces du Tigrés sont arrivées après le retrait du gouvernement et des soldats érythréens, a Meleke.   -  
Copyright © africanews
Copyright Africanews - Photo extraite du reportage Africanews / AP

Ethiopie

Depuis l'annonce du cessez-le-feu unilatéral en juin dernier, la zone du Tigré reste instable. Pour les analystes du Crisis Group, si les dirigeants du Tigré se plient à cette décision gouvernementale, cela signifierait accepter que la région Amhara prenne le contrôle de certaines zones.

"Il est malheureusement très difficile d'envisager une réconciliation politique. C'est pourquoi le Crisis Group et bien d'autres ont dit qu'une redéfinition était nécessaire. Il faut repenser la situation", détaille Will Davison, principal analyste de l'Ethiopie au sein du Crisis Group. "Je pense que tout le monde comprend ce qui a conduit à la guerre. Tout le monde comprend que les deux parties ont des arguments légitimes dans les différends qui ont conduit à la guerre, mais la trajectoire actuelle est très inquiétante, à la fois pour la population du Tigré et pour la stabilité des frontières de l'Éthiopie."

"C'est pourquoi, à la lumière de cette victoire électorale retentissante, il est nécessaire que le Premier ministre réfléchisse à nouveau et établisse une forme de négociation avec les dirigeants du Tigré", continue l'analyste. "Parce qu'à l'heure actuelle, il semble que rien d'autre que cette sorte de redéfinition et de réflexion ne soit suffisante pour nous ramener sur un semblant de voie pacifique."

Après de longs mois de pillages et de destructions, attribués aux forces éthiopiennes et érythréennes, les Nations unies restent préoccupées par le sort de millions de personnes, dont la nourriture vient à manquer dans un contexte de famine.

La guerre au #Tigré a coûté très cher à sa population. Addis-Abeba et les dirigeants du Tigré doivent maintenant s'employer à étendre l'aide immédiate à une population menacée de #famine. Notre communiqué ?

"Maintenant que le gouvernement fédéral s'est retiré du Tigré, le problème est de faire parvenir l'aide au Tigré. Le gouvernement fédéral autorise l'entrée d'une partie de l'aide via une route très sinueuse dans la région d'Afar par exemple. Mais il y a également des contraintes majeures sur l'entrée des convois dans le Tigré, y compris la destruction d'infrastructures vitales comme les ponts", explique Will Davison. "Cela exacerbe la situation humanitaire et ressemble essentiellement à une sorte de blocus fédéral du Tigré, alors qu'ils continuent à essayer d'exercer une pression sur les dirigeants régionaux."

Après avoir passé de nombreux mois dans la peur, sous l'occupation des soldats éthiopiens et érythréens, des milliers d'habitants de Mekele avaient célébré l'arrivée des combattants des forces de défense du Tigré le 29 juin dernier.

Voir plus