Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Cameroun : Rebecca Enonchong a passé une troisième nuit en détention

Rebecca Enonchong échangeant avec la militante Edith Kah Wallah, au Cameroun.   -  
Copyright © africanews
Copyright : Africanews - Photo tirée du reportage Africanews

Cameroun

Consternation devant le Tribunal de première instance de Douala pour les proches de Rebecca Enonchong. A la tombée de la nuit qu’ils apprennent que la Camerounaise, fondatrice d’Activ Spaceset présidente d'Afrilabs passera une troisième nuit en détention à la légion de la gendarmerie du Littoral.

Le motif ? Elle est accusée d'outrage envers le Procureur général.

"Il n’y a pas de plainte écrite", détaille Edith Kah Wallah, activiste politique et pour la défense des droits humains. "C’est le Procureur général lui-même qui se dit outragé, c’est lui-même qui téléphone et demande à la Légion de gendarmerie d’arrêter madame Enonchong. Donc le procureur Général est le plaignant. Mais c’est aussi lui qui initie l’arrestation et c’est lui qui va déterminer le jugement. C'est extraordinaire qu'on en soit arrivé là aujourd'hui au Cameroun."

Selon ses avocats, elle a été arrêtée sous ordre verbal, sans avoir fait l'objet d'une plainte ou reçu une convocation judiciaire. Ils dénoncent des intimidations, un abus de pouvoir et un acharnement envers celle qui est connue pour ses prises de parole et ses critiques envers le gouvernement, en particulier sur le sujet de la crise anglophone.

Depuis le début de l'affaire en début de semaine, Rebecca Enonchong, qui fait partie du classement des 10 femmes fondatrices de sociétés technologiques à suivre en Afrique en 2014 selon Forbes, a reçu les soutiens de nombreuses missions diplomatiques, mais aussi de l'écosystème de la Tech à travers le monde.

Une campagne avec le hashtag #FreeRebecca et une pétition ont été lancées sur Twitter demandant sa libération.

Voir plus