Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie : un homme blessé lors du Printemps arabe se brûle vif

Tunisie : un homme blessé lors du Printemps arabe se brûle vif
  -  
Copyright © africanews
FETHI BELAID/AFP or licensors

Tunisie

Un jeune homme blessé lors de la révolution tunisienne de 2011 s'est immolé par le feu après l'absence d'indemnisation par le gouvernement, a indiqué lundi sa famille à l'AFP.

L'auto-immolation de Neji Hefiane, 26 ans, rappelle la mort de Mohamed Bouazizi, le vendeur ambulant dont le suicide par le feu le 17 décembre 2010 a déclenché la révolution tunisienne, faisant finalement tomber le président Zine El Abidine Ben Ali et lançant le printemps arabe dans toute la région. Hefiane est mort samedi dans un hôpital de la banlieue sud de la capitale Tunis, a indiqué son père, après s'être immolé par le feu sous les yeux de sa famille.

"C'est l'injustice et la marginalisation dont il a souffert qui ont poussé mon fils à se suicider", a déclaré Béchir Hefiane.

Neji vivait à Intilaka, l'un des quartiers populaires de Tunis où de violentes manifestations anti-régime ont éclaté entre décembre 2010 et janvier 2011. Âgé de 16 ans à l'époque, il a été blessé par balle à la tête. Depuis, il n'a reçu aucune aide des autorités, bien qu'il figure sur une liste officielle de personnes blessées pendant la révolution, a déclaré sa sœur Zohra. "_Mon frère n'a rien obtenu de ce à quoi il avait droit, ni soins de santé gratuits, ni emploi garant_i", dit-elle.

"Il a demandé partout mais n'a rencontré que de la négligence, y compris de la part du président", a-t-elle ajouté.

Bechir, le père de Neji, a écrit au président Kais Saied pour lui expliquer le cas de son fils et lui demander d'intervenir en faveur de cette famille en difficulté.

"Nous n'avons reçu aucune réponse, même après la mort de mon fils", a-t-il déclaré.

Un plus grand nombre de blessés de la révolution "menacent de se tuer", a déclaré l'avocate Lamia Farhani, présidente de l'association Aoufiaa (Fidèles) créée pour venir en aide aux "martyrs et blessés" du soulèvement.

"L'État et tous les gouvernements qui se sont succédé depuis 2011 sont responsables de l'état de désespoir et de dégoût de ces personnes", a déclaré Mme Farhani. "Il n'y a aucune volonté politique de garantir les droits fondamentaux" des victimes, a-t-elle ajouté.

Voir plus