Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : la dépollution du pays Ogoni toujours inachevée

Nigeria : la dépollution du pays Ogoni toujours inachevée
Vue aérienne d'une raffinerie illégale à Bodo, Ogoni dans le delta du Niger, le 22 mars 2013   -  
Copyright © africanews
PIUS UTOMI EKPEI/AFP

Nigéria

Le projet de dépollution du pays Ogoni, région du sud du Nigeria ravagée après des décennies d'exploitation pétrolière, a "fait des progrès", mais la plupart des communautés attendent toujours le nettoyage de leurs terres et un accès à une eau potable, affirment deux ONG dans un rapport publié jeudi.

Promesse du gouvernement de Muhammadu Buhari, le projet de nettoyage des sites pollués du pays Ogoni (Etat de Rivers, delta du Niger) a été officiellement lancé en juin 2016. Mais les travaux, qui doivent en théorie durer cinq ans, n'ont débuté qu'en janvier 2019.

"Mille jours après", le projet de dépollution "a fait des progrès mais les services basiques, comme un accès à une eau potable sont toujours absents", affirment les deux ONG en charge de surveiller son avancée, le Stakeholder Democracy Network (SDN) and le Centre for Human Rights and Development (CEHRD).

Plus de 1 000 emplois temporaires ont été créés pour les membres des communautés par les entreprises de nettoyage, et 13 des 50 lots considérés comme "simples" à nettoyer ont été certifiés comme achevés, selon ce rapport.

Mais "il ne s'agit que d'un tiers des sites et nous devons encore commencer le nettoyage de sites complexes, ce qui montre que nous avons vraiment beaucoup de chemin à parcourir", a tempéré Calvin Laing, directeur du SDN lors d'une conférence de presse. "L'objectif de cinq ans semble désormais irréaliste", a-t-il ajouté.

Toutes les communautés ayant été identifiées comme ayant une eau très contaminée en 2011 n'ont toujours pas accès à des sources d'eau considérées comme potables, selon ce rapport. Le royaume d'Ogoni, où vivent environ un million de personnes, a été gravement pollué après des décennies d'exploration et de production de pétrole et de gaz.

La société anglo-néerlandaise Shell a accepté en août de verser 95 millions d'euros à ces communautés mais a toutefois maintenu que les déversements de pétrole avaient été causés par des tiers durant la guerre civile du Nigeria de 1967 à 1970, au cours de laquelle de nombreux oléoducs et infrastructures ont été endommagés.

Voir plus